Accès Humanitaire

Le Bureau de Coordination de la Société civile du Sud-Kivu demande l’organisation d’un procès équitable après plus d’un mois d’arrestation en cascade des opérateurs économiques dans la ville de Bukavu intervenant dans le secteur minier, des hauts cadres de l’administration de finance en province et de la sécurité (DGM, ANR, DGDA) y compris le conseiller financier du Gouverneur de province.

Les organisations citoyennes l’ont fait savoir dans une déclaration rendue publique, ce jeudi 15 juin de l’année en cours et dont LaPrunelleRDC.CD s’est procuré d’une copie.

Lire aussi: Fraude minière au Sud-Kivu : arrestation en cascade des opérateurs économiques, responsables politiques et sécuritaires

 « Tout en saluant le souci du Gouvernement central à restaurer de l’ordre dans le secteur de l’or artisanal au Sud-Kivu, il y a lieu de recommander qu’un procès équitable soit rapidement organisé pour que la vérité soit connue dans ce dossier d’une part et d’autres part  que les dividendes que gagne la société PRIMERA GOLD ne soient pas seulement bénéfiques pour Kinshasa mais bien plus de l’administration de mine en province et beaucoup plus pour améliorer les conditions de vie de la population habitant les milieux où est extrait l’or artisanal » , pouvons-nous lire dans ce document.

Il ressort de ce document que PRIMERA GOLD via sa fondation devrait aussi intervenir pour certains cas sociaux de la population locale du Sud-Kivu dans le milieu où cette entreprise extrait de minerais pour répondre tant soit peu aux besoins de la communauté. Que cette société également songe à monter également une raffinerie pour les minerais de 3T et là le Sud-Kivu gagnera de plus en plus.

Lire aussi: Nord-Kivu : le Gouverneur annonce un «dialogue fiscal» après une rencontre avec des opérateurs économiques

« La population du Sud-Kivu a besoin de l’accroissement du budget provincial à travers l’installation de PRIMERA GOLD en province. Il serait également pertinent qu’elle soit à l’écoute des tenanciers de comptoirs d’achat d’or qui se plaignent du faible taux d’achat de l’or par rapport aux prix alléchant proposé par les pays voisins et qui les tente de coopérer avec ces derniers ».

Pour ce qui est de l’exploitation illicite des minerais par des sociétés chinoises et autres en territoire de Mwenga, le Bureau de la Société civile du Sud-Kivu insiste sur la publication des montants payés à l’Etat congolais comme contrepartie pour ce qui est de ladite exploitation.

« De l’or continue d’être exploité dans le territoire de Mwenga par des sociétés étrangères connues et inconnues. L’on se demande la suite réservée aux missions parlementaires et aux dénonciations multiples de la Société civile par rapport à cette cacophonie dont l’impact demeure invisible par rapport au vécu quotidien de la population. Il est temps que ces sociétés publient ce qu’elles paient à l’Etat congolais en contrepartie de cette exploitation minière illicite pour la plupart des cas ».

Il faut rappeler que des opérateurs économiques, des responsables politiques et sécuritaires ont été arrêtés en cascade à Bukavu et transférés manu militari à Kinshasa. Une opération qui, a visiblement totalement échappé au Conseil Provincial de Sécurité du Sud-Kivu.

Lire aussi: Walikale: la Société Civile soutient la grève des opérateurs économiques

La situation débute le lundi 1er mai dans les après-midi. Des comptoirs d’achat d’or sont pris d’assaut par des militaires fortement armés. C’est à l’exemple des établissements Namukaya dits « Congocom » où des témoins racontent alors à LaPrunelleRDC.info que l’opération dure plus de 3 heures sans une quelconque intervention des services de sécurité en province.

Abdallah Mapenzi
Share.

Un commentaire

  1. Pingback: Nouvelle mise en garde de la Société Civile du Sud-Kivu : l’UDPS et alliés doivent revoir leurs cartes et leurs calculs - La Prunelle RDC

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.