Accès Humanitaire

    Les femmes des médias de Bukavu ont organisé ce mercredi 20 mars 2024 la 5ème édition de la Foire des Femmes des Médias. Cette rencontre a été organisée dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des droits des femmes, célébrée le 8 mars de chaque année.

    Cette foire avait pour objectif de promouvoir l’égalité des sexes, les droits des femmes à la participation, la promotion des droits humains et la consolidation de la paix.

    Les discussions ont tourné autour de l’accès des personnes vulnérables dont celles vivant avec handicap aux médias et à l’information.

    Lire aussi : JIF : à la rencontre de Mapendo Elisabeth, une jeune entrepreneure de Bukavu

    Plusieurs femmes des médias ont parlé des obstacles qu’elles rencontrent dans la recherche, le traitement et la diffusion de l’information et les stratégies qu’elles mettent en place pour les contourner.

    Même les femmes des médias sont victimes de préjugés, elles font tout pour fournir au quotidien l’information d’une manière professionnelle.

    Julienne Baseke, est la coordinatrice de l’Association des Femmes des Médias (AFEM) qui a organisé cette foire. Elle Appelle le gouvernement congolais à accompagner la presse pour que la femme travaille dans des bonnes conditions.

    «  Les médias n’ont pas de subvention de l’Etat alors qu’ils jouent un rôle très important pour compléter le rôle de notre gouvernement d’éduquer, de former, de sensibiliser et de mobiliser. Cela fait en ce que beaucoup des femmes journalistes n’ont pas de contrats de travail, beaucoup des femmes journalistes n’ont pas de rémunération décente. Il y a également le défi d’accès à l’information publique qui continue d’être un défi majeur. Nous saluons ce jour les efforts de notre gouvernement à travers les engagements pris dans les lois qui ont été promulguées », dit Julienne Baseke.

    Typson Idumbo, le porte-parole du gouvernement provincial reconnaît le travail fait par les médias surtout privés dans la ville de Bukavu et les difficultés que les médias et les journalistes femmes connaissent.

    Il promet de plaider auprès des autorités pour que les médias qui travaillent dans des conditions difficiles soient accompagnés et protégés par l’État.

    « Nous allons plaider pour ces médias qui travaillent dans des conditions difficiles, pour qu’autant que faire se peut, amener l’Etat à répondre aux exigences qui sont les siennes. C’est vrai nous devons capitaliser cette multiplicité des médias dans notre province parce qu’on en trouve pas dans toutes les provinces. C’est une fierté pour notre province du Sud-Kivu, du moment que tous ces médias respectent leurs lignes éditoriales ainsi que les lois du pays. Nous avons besoin que vous puissiez vous déployer à l’intérieur du pays car le travail est encore entier pour les journalistes et nous l’Etat, vous boostant afin que le dernier des citoyens se trouvant au fin fond du Burega ait accès à l’information qui est un droit constitutionnellement garanti », a dit Typson Idumbo.

    Cette journée a été célèbre sous le thème «  investir dans les femmes journalistes pour promouvoir l’accès à l’information des vulnérables.

    Marie Adienne Riziki 

    Share.
    Leave A Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.