Accès Humanitaire

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a lancé jeudi 16 février, l’opération d’identification enrôlement des électeurs dans la province du Sud-Kivu, en marge des élections prévues en décembre 2023.

Pour permettre à la province du Sud-Kivu d’enrôler plus d’électeurs, Me Moïse Bashwira, cadre de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) a décidé d’intensifier les séances de sensibilisation des habitants pour l’appropriation du processus électoral.

Dans un entretien avec la presse ce samedi 18 février 2023 à Bukavu, ce cadre du parti de Vital Kamerhe a expliqué le bien-fondé pour tout congolais de détenir la carte d’électeur délivrée par la CENI, qui selon lui, permet non seulement de choisir les nouveaux dirigeants du pays, mais également donne au citoyen le droit de jouir de son identité.

« L’enrôlement va permettre à la province d’avoir autant de sièges mais aussi ça va permettre à ce que nous puissions avoir la carte d’électeur qui est ce pouvoir qu’un citoyen a pour lui permettre de se choisir ses dirigeants. Ca signifie que cette carte d’électeur au-delà qu’elle vous permet de choisir les dirigeants lors des élections, elle est à même temps la carte qui vous permet de jouir de l’identité. C’est pour cela que nous appelons la population à ne pas être dans le lot des indécis qui ne voudraient pas se faire enrôler. Nous voulons que notre population se désolidarise avec ceux qui ne voudraient pas qu’il y ait enrôlement » a fait observer Me Moïse Bashwira.

Juriste de formation, Me Moïse Bashwira note également que le caractère légal dont revêt la carte délivrée par la CENI impose à tout congolais d’en détenir pour jouir des avantages légaux. Il croit également au changement et au renouvellement de la classe dirigeante.

 » Se faire enrôler est un droit et un devoir pour un citoyen. Un droit parceque ca lui permet de jouir des avantages et un devoir pour permettre à l’état de renouveler sa classe politique. Nous avons longuement crié que le pays est géré d’une manière ou d’une autre et c’est le moment qu’on accorde à chacun pour renouveler cette classe politique en choisissant ceux qui vont permettre à ce que le pays change » croit-il.

Abordant le point sur le temps maintenu pour ces opérations, soit un mois, Me Moïse Bashwira recommande au Gouvernement de doter la CENI tous les moyens pour lui permettre de mener efficacement sa mission.

 » Le temps qui nous est donné n’est pas suffisant pour permettre à ce que les gens aillent s’enrôler aisément. C’est pourquoi nous demandons à la population d’y aller le plus vite et massivement afin de gagner le peu de temps nous accordé. C’est aussi pour éviter qu’à la fin des opérations il n’y ait pas des personnes non enrôlées. Je demande également à la CENI si il y a quelques minutes que nous perdons dans le déploiement des kits, qu’elle rallonge le délai et permettre à la population en âge de voter de le faire librement » recommande ce cadre de l’UNC.

Lire aussi Sud-Kivu : l’enrôlement des électeurs démarre ce jeudi, voici les centres retenus à Bukavu

Bertin Bulonza

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.