Accès Humanitaire

Le Groupe d’experts de l’ONU sur le Congo a obtenu d’autres preuves – y compris des preuves documentaires et photographiques et des images aériennes – d’opérations militaires menées par des soldats clairement vêtus de l’uniforme militaire de la RDF (Rwanda Defense Force) dans les territoires de Rutshuru, Masisi et Nyiragongo, entre novembre 2022 et mars 2023.




C’est ce qu’on note dans le récent rapport du Groupe d’Experts de l’ONU et consulté par LaPrunelleRDC.CD.

Lire aussi: Nord-Kivu: multiplicité des acteurs militaires

Cela vient corroborer les allégations du 24 mars 2023 contenues dans un communiqué officiel des FARDC, reprenant les déclarations du Gouvernement congolais selon lesquelles la RDF continuait d’opérer sous le couvert du M23. Le 29 mars, les autorités militaires ont déclaré que le Rwanda avait envoyé des renforts en contingents et en matériel vers la République démocratique du Congo, et que la RDF et le M23 avaient attaqué la ville de Mweso, dans le territoire de Masisi.




« Des témoins oculaires, des membres de la Société civile, des autorités locales, des chefs de groupes armés et des combattants, des combattants du M23 capturés, des fonctionnaires rwandais, deux officiers de renseignement rwandais et un soldat de la RDF, ainsi que des sources des milieux diplomatiques ont également signalé la présence de troupes de la RDF dans les zones frontalières, les villes occupées par le M23 et les nouvelles positions de la RDF et du M23 dans ces trois territoires »

Bien que le Rwanda a continué de nier qu’il fournit un soutien au M23, y compris en réponse aux demandes d’information du Groupe d’experts, plusieurs États Membres et l’Union Européenne ont au Rwanda demandé de mettre fin à cet appui. En particulier, les États-Unis « ont réitéré leur appel au Rwanda, à savoir qu’il mette fin à son appui au Mouvement du 23 mars (M23), qui fait l’objet de sanctions imposées par l’ONU, et ont exhorté les membres du Conseil de Sécurité à examiner comment ce type de soutien contrevenait au régime de sanctions en vigueur.

Lire aussi: Expansion territoriale, retrait incomplet,… le maître M23 devant l’admiration de l’EAC et le monde!

Dans ce rapport, le Groupe d’Experts note que les troupes de la RDF ont attaqué les positions des FDLR et du Rassemblement pour l’unité et la démocratie (RUD)-Urunana en République démocratique du Congo, dans le but, entre autres, de neutraliser le « colonel » Ruvugayimikore Protogène (alias Ruhinda) 50 des FDLR, le « général » Pacifique Ntawunguka (alias Omega), commandant militaire des FDLR faisant l’objet de sanctions, et les groupes armés congolais alliés.




 «  À la mi-décembre 2022, le « colonel » Gavana, chef du RUD-Urunana, aurait été tué lors d’une opération ciblée de la RDF. La présence de la RDF à Kisheshe et Bambu, dans le territoire de Rutshuru, et dans la région de Mushaki, dans le territoire de Masisi, a été régulièrement signalée avant et après que le M23 eut pris le contrôle de ces régions, connues pour abriter de nombreux groupes armés locaux et des FDLR », lit-on dans ce rapport.

D’après plusieurs sources citées par le rapport du Groupe d’Experts, des membres de la RDF ont été assassinés dans ces localités, comme l’attestent des documents recueillis sur le champ de bataille. La RDF a également mené certaines opérations et envoyé des renforts au M23 dans le but de s’emparer de zones stratégiques ou de les fortifier.

Lire aussi: Changement de revendications, armement lourd, renforcement des contingents…le M23 et le Rwanda ne veulent pas lâcher la RDC

« Par exemple, une vidéo datant du 15 novembre 2022 montre au moins 25 combattants, de la RDF selon les informations recueillies, marchant en colonnes dans la ville de Kiwanja, qui était sous le contrôle du M23 depuis le 29 octobre 2022. En outre, en février et mars 2023, des soldats de la RDF du onzième bataillon commandé par le lieutenant-colonel Alex Nkuranga étaient présents dans les zones de Mushaki et de Karuba, dans le territoire de Masisi, où ils ont combattu les FDLR, l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) et des éléments Nyatura – Abazungu (Alliance des nationalistes congolais pour la défense des droits humains/Alliance de force de défense du peuple) ».

 Le 7 mars 2023, des combattants en tenue militaire et munis d’armes similaires à celles de la RDF ont été repérés sur une colline fortifiée de Karuba.




Le Groupe d’experts révèle également avoir obtenu un carnet récupéré sur une position mixte M23/RDF, à Mushaki, contenant des notes manuscrites en anglais et en kinyarwanda indiquant les noms et grades des soldats et commandants présumés de la RDF envoyés en mission dans la région, l’utilisation de mortiers de 82 mm et 60 mm et la mission, dont l’objectif était de « détruire les forces armées en sabotant leur intégration ». Des images aériennes et des photographies ont confirmé la présence de soldats de la RDF sur le territoire de la République démocratique du Congo.

Lire aussi: Sud-Kivu : recrutement massif d’enfants par les Gumino et Twirwaneho

« D’après plusieurs sources indépendantes et fiables d’origines diverses, dont un soldat de la RDF et plusieurs témoins oculaires, les troupes de la RDF sont arrivées du côté rwandais de la frontière et ont pénétré en République démocratique du Congo par différents points d’entrée ».

Des opérations commandées depuis le Rwanda pour les minerais et une « influence politique »

Le Groupe d’experts a reçu des informations confirmant que les opérations de la RDF sur le terrain, notamment celles de ses forces spéciales et de réserve, étaient coordonnées par le général de brigade Andrew Nyanvumba.

Les troupes de la RDF déployées comprenaient des membres des 201e et 301e brigades ainsi que des membres des forces spéciales de la RDF, commandées par le capitaine Niragire Jean Pierre (alias Gasasira), chargées de certaines opérations à partir de mai 2022.

Gasasira, à son tour, a reçu des instructions du général de division Ruki Karusisi, commandant général des forces spéciales de la RDF (Rwanda).

Le général de division Alexis Kagame, qui a commandé plusieurs opérations de la RDF en République démocratique du Congo en 2022 a été rappelé à Kigali et remplacé par le général de division Emmy Ruvusha, lit-on dans le document.

Lire aussi: RDC : comment le M23 tente d’ouvrir le front du Sud-Kivu à travers le Twirwaneho par le recrutement des jeunes Banyamulenge

« Plusieurs sources averties, dont deux membres des services de renseignement de la RDF, des membres du personnel en tenue et des sources proches du M23, ont indiqué au Groupe d’experts que l’objectif des opérations militaires de la RDF sur le territoire de la République démocratique du Congo, appelées « opérations au Nord-Kivu », était de renforcer le M23 en lui fournissant des troupes et du matériel et de l’utiliser pour prendre le contrôle des sites miniers, acquérir une influence politique en République démocratique du Congo et décimer les FDLR. Le Groupe d’experts constate qu’à ce jour, les opérations au Nord-Kivu n’ont pas permis d’atteindre ces objectifs », affirme le rapport.

James Kabarebe en personne

Selon deux agents de renseignement de la RDF, un officier de la RDF, trois chercheurs et des services de renseignement étrangers, les opérations au Nord-Kivu ont été conçues et coordonnées par le général James Kabarebe, actuellement conseiller du Président du Rwanda pour les questions de défense et de sécurité.

« Pour l’exécution des opérations, Kabarebe a reçu le soutien, entre autres, du général Jean Bosco Kazura, du général de corps d’armée Mubarakh Muganga, du Général de division Franck Mugambage, du général de division Vincent Nyakarundi, du général de division Ruki Karusisi, du général de division Eric Murokore et du général de brigade Rugumyangabo Gacinya », dit le rapport.

Tensions entre la République démocratique du Congo et le Rwanda

L’expansion territoriale du M23 et les opérations menées par les FARDC et les groupes armés alliés contre le M23, qui ont été dénoncées par le Gouvernement rwandais à plusieurs reprises ont aggravé les relations déjà tendues entre la République démocratique du Congo et le Rwanda.

Les tensions se sont aggravées lorsque, le 24 janvier 2023, la RDF a tiré sur un avion de chasse Sukhoi (SU-25) appartenant aux FARDC, au-dessus de Goma, dans l’espace aérien congolais, alors que l’avion s’apprêtait à atterrir à l’aéroport de Goma.

Share.

Un commentaire

  1. Pingback: M23/RDF : meurtres, tortures, viols à grande échelle, arrestations arbitraires, et travail forcé - La Prunelle RDC

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.