Accès Humanitaire

    Deux candidats du parti politique « Ensemble pour la République » de  Moïse Katumbi Chapwe vivent sous menace depuis les élections du 20 décembre dernier dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu.

    Il s’agit de Christopher Bisimwa Safari, candidat député national dans la circonscription électorale de Bukavu. Celui-ci a échappé à une attaque des bandits armés dans son domicile dans la nuit du 11 au 12 janvier 2023.

    Lire aussi : Insécurité à Bukavu: des armes et munitions découvertes à Bagira

    Il explique que ce drame s’est déroulé vers 20 heures, au quartier Ndendere, commune d’Ibanda dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu.

    Ce candidat de l’opposition craint désormais pour sa sécurité et celle de sa famille.

    Christopher Safari explique que la nuit de ce jeudi n’a pas été rose après l’attaque dont il a été victime. Lui et sa famille vivent avec la peur au ventre.

    « Ce soir, aux environs de 20 heures 15, j’ai échappé à une attaque des trois bandits armés chez moi à domicile. Ces trois bandits ont fait irruption dans ma maison, à Pageco, dans le quartier Ndendere, quand je venais à peine de quitter la maison pour acheter le médicament de l’enfant à la pharmacie. Ils ont demandé à ma femme « où est ton mari » ? Ils lui ont braqué l’arme et l’ont traumatisée. C’est alors qu’elle a eu le réflexe de crier. Les bandits ont fui, emportant avec eux les téléphones. Pour se frayer le chemin, ils ont tiré des coups de balles, qui ont alerté tout le quartier. Gloire à Dieu, nous sommes vivants, en dépit du traumatisme dont ma famille et les voisins sommes victimes », explique Christopher à la Prunelle RDC.

    L’autre membre de « Ensemble » qui craint pour sa vie, est le candidat député Provincial, dans la ville de Bukavu, Hassan Murhabazi.

    Cet ancien journaliste  reçoit des messages de menace de mort depuis les élections du 20 décembre 2023.

    Hassan Murhabazi ne sait plus se déplacer dans la ville. Celui-ci reçoit des menaces de tout genre.

     « Je profite de ce moment pour informer que ma vie est en danger. En cette période, je commence déjà à recevoir des messages de menace, voilà même la raison de mon alerte.  Il y a quelques jours j’ai reçu un message disant « tu as raté de perdre la vie pour la première fois dans les années passées, cette fois ça ne sera pas le cas ». Je continue de recevoir d’autres messages de menace comme quoi je suis sous surveillance. Ils m’écrivent des messages  où il me dit qu’ils savent très bien là où je vis. En tout cas, je me sens en insécurité. Pourquoi seulement moi ? En quoi dire la vérité est un problème ? Si j’ai fait quelque chose qui va à l’encontre de la loi, pourquoi  ne pas aller en justice au lieu de me menacer de mort? », se demande Hassan.

    Lire aussi: Insécurité à Bukavu: des armes et munitions découvertes à Bagira

    Ce jeune candidat demande à ceux qui en veulent à sa vie de bien vouloir le laisser en paix.

    Ces  deux candidats du parti « Ensemble pour la République » demandent aux autorités compétentes d’assurer leur sécurité. 

    Ils exigent des enquêtes sérieuses face à cette situation d’insécurité dans laquelle ils vivent désormais.

    « Je demande aux autorités de tout faire pour mettre la main sur ces inciviques qui insécurisent les candidats et les habitants en général », conclut Hassan Murhabazi.

    Sylvie Baleke

    Partager.

    Un commentaire

    1. Pingback: RDC : les élus de « Ensemble » vont siéger, Désiré Ntayira explique le sens de la décision - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.