Accès Humanitaire

Les habitants du groupement Mbulie en territoire de Lubero (Nord-Kivu) dénoncent les tracasseries dont ils sont victimes de la part de certains groupes d’autodéfense maï-maï très actifs dans cette partie de la chefferie de Batangi.

Certains d’entre eux qui se sont confiés à La Prunelle RDC ce vendredi, 29 mars 2024 ont fait savoir que le paiement obligatoire des frais illégaux communément appelés « jeton de sécurité » occasionne le déplacement de certains habitants.

Lire aussi : Lubero : 5 déplacés meurent de faim

Ces derniers prennent refuge vers les entités qu’ils jugent mieux sécurisées. Les agriculteurs sont de plus en plus victimes de ces tracasseries.

Cette population appelle le Conseil de sécurité du territoire de Lubero à organiser un échange avec les leaders des groupes armés auteurs de cette pratique pour voir dans quelle mesure éradiquer le phénomène pénible.

Elle désire voir ces éléments sur les lignes de front à la défense active de la patrie.

« Il y a des jetons de 1000 francs, si vous n’avez pas cette somme, c’est difficile de se diriger au champ. Si on vous attrape sans que vous n’ayez ce jeton, vous êtes soumis à une amende de 100.000 Francs. Imaginez, on demande à quelqu’un ce montant là où il n’y a pas de boulot, rien que l’agriculture. Nous demandons aux autorités du niveau territoire de nous aider à voir comment ce problème de jeton va prendre fin. Si ça sera continuel, qu’elles viennent nous dire. Normalement, ces groupes et ces éléments doivent rester sur des lignes de combat et non ici pour nous tracasser », se plaignent certains agriculteurs.

Notons que le territoire de Lubero regorge plusieurs groupes armés locaux à l’instar de FPP/AP, NDC,…

Face à ce sujet, l’Administrateur militaire du territoire de Lubero, le colonel Kiwewa Mitela Alain précise qu’une rencontre entre les autorités et les leaders de ces groupes armés d’autodéfense est prévue d’ici quelques jours.

Mwenge Kake

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.