Accès Humanitaire

Au moins 5 cas de décès des déplacés ont été signalés Kanyabayonga en quelques semaines seulement suite à la famine.

Selon les autorités de ce coin de la province du Nord-Kivu, les déplacés de guerre dus à la résurgence du M23 se trouvant à Kanyabayonga au sud du territoire de Lubero à la limite avec le territoire de Rutshuru en province du Nord-Kivu traversent une vie difficile. 

Lire aussi : Lubero: un accident de circulation fait un mort et deux blessés sur le tronçon routier Musienne-Muhangi

En trois semaines, cinq (5) personnes sont mortes à cause de la famine.

Chrysostome Fitiri, le Bourgmestre de la commune de Kanyaboyonga qui confirme cette information, indique que ces déplacés ayant fui des combats entre les FARDC et les rebelles du M23-RDF en chefferie de Bwito (Rutshuru)  sont en carence de tout pour leur alimentation.

Cette autorité ajoute que les familles d’accueil éprouvent des difficultés à prendre en charge ces déplacés.

« Pour le moment, les déplacés sont dans 15.362 ménages. Depuis que les déplacés sont là, il y a cinq décès enregistrés à la suite de la famine parmi lesquels un garçon de quinze ans. Les familles d’accueil se trouvent en difficulté surtout que la vulnérabilité se trouve à un taux très élevé car la population est toujours chassée de ses champs situés à proximité du Parc national des Virunga, ce qui accentue la pauvreté. Alors avec la taille de la famille initiale qui se fait augmenter par les familles déplacées, ça devient pire », dit Kasereka Chrysostome Fitiri, Bourgmestre de la commune de Kanyabayonga.

Il plaide pour une intervention urgente en faveur de ces déplacés en situation de difficulté.

Ces déplacés sont hébergés dans des familles d’accueil aux côtés d’autres qui se trouvent dans des sites.

Lire aussi : Lubero : une personne tuée par arme blanche par un fumeur de chanvre à Kirumba

Le numéro 1 de Kanyabayonga affirme que ces déplacés avaient reçu l’assistance en vivres de la part du gouvernement congolais le week-end dernier, mais en quantité insignifiante.

« Les uns sont dans des sites et surtout ceux-là qui n’ont pas de familles à Kanyabayonga mais la plupart se retrouve dans les familles d’accueil. A partir de samedi dernier, le gouvernement est en train de les assister en haricots, farine de maïs, savon, sel de cuisine et du riz, mais avec une quantité qui ne peut pas couvrir les deux bouts du mois », regrette-t-il.

Signalons que c’est depuis le début de ce mois de mars que la commune rurale de Kanyabayonga a connu un afflux des déplacés de guerre en provenance des différentes entités de la chefferie de Bwito comme Kibirizi, Nyanzale, Kihondo, … Ils fuient des affrontements opposant les terroristes du M23 soutenus par l’armée rwandaise.

Mwenge Kake

Share.

2 commentaires

  1. Pingback: Guerre du M23 au Nord-Kivu: l'afflux des déplacés limite la réponse des humanitaires - La Prunelle RDC

  2. Pingback: Lubero : fatiguée d'une perception illégale des groupes armés locaux, la population de Mbulie sollicite l'intervention de l'autorité territoriale - La Prunelle RDC

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.