Accès Humanitaire

    Un jeune homme d’environ une trentaine d’années, mécanicien de son état, a été retrouvé mort par électrocution ce matin, sur avenue Bugabo premier dans le quartier Nkanfu dans la commune de Kadutu, ville de Bukavu au Sud-Kivu. Cet incident s’est produit dans la nuit du 21 au 22 janvier 2024.

    D’après le chef d’avenue Inga, Kabanja Kalingiro Louis, la victime a été retrouvée morte, allongée dans la rivière juste en dessous d’un poteau électrique. Mais après des analyses faites par les Officiers de Police Judiciaires (OPJ), le jeune homme serait tué puis électrocuté par des hommes non autrement identifiés.

    Lire aussi : Bukavu : un corps sans vie d’un homme retrouvé à Ndendere

    « C’était aux environs de 6 heures que les habitant du milieu ont fait appel à nous disant qu’un corps sans vie a été retrouvé à dans le rivière Kaduru, à côté de l’église CEI. C’est à ce moment-là que nous avons retrouvé le corps d’Emmanuel jonché et allongé dans la rivière juste à côté d’un poteau électrique. Nous avons testé ce poteau et nous avons rencontré que ce dernier était électrocuté. Voilà comment nous avons fait appel à des OPJ qui ont fait le constat et nous avons par la suite trouvé probablement qu’il a été électrocuté. Mais apparemment, après des analyses, la victime aurait été tuée quelque part et puis le corps a été amené dans le lieu du drame en le serrant sur ce poteau pour faire perdre la trace. La façon dont il était allongé ne donne pas lieu qu’il aurait été électrocuté. Il doit avoir eu quelque chose mais les agresseurs l’ont déposé en ce lieu pour tromper la vigilance en le déposant à côté de ce poteau », explique Louis Kabanja.

    Bukavu enregistre de nombreux corps sans vie depuis des années. Des enquêtes aboutissent rarement à une réponse claire sur les circonstances et les auteurs des décès enregistrés.

    Les acteurs sociaux et autres défenseurs des droits humains appellent l’Etat à s’impliquer afin de trouver des solutions urgentes à cette forme d’insécurité inexpliquée.

    Suzanne Baleke

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.