Accès Humanitaire

Les conducteurs des motos tricycles (Bajaj) sont accusés d’être à la base des accidents routiers sur le tronçon Kamagema-Kasihe, sur la route nationale N° 5. C’est ce que dénonce la Société civile de Mudusa.

François Mubalama, Président de la Société Civile de Mudusa (Kabare) fait savoir que ces conducteurs des tricycles créent des parkings pirates partout où ils arrivent et cela crée des embouteillages sur ce tronçon.

Lire aussi : Sud-Kivu : au moins 6 morts et de dizaines de blessés dans un tragique accident de route sur l’axe Bukavu-Kavumu

Celui-ci regrette que nombreux conducteurs des tricycles soient également des mineurs et conduisent sans passer par une quelconque formation avec conséquence le manque de permis de conduire. Ce qui fait d’eux, un danger pour la communauté.

François Mubalama révèle qu’il ne se passe plus deux jours sans qu’un accident soit déclaré sur cet axe routier. Des accidents qui impliquent majoritairement des conducteurs de motos tricycles.

La Société Civile de Mudusa demande aux autorités de remplir loyalement leur devoir en régulant notamment le transport en commun dans la province du Sud-Kivu.

Elle recommande de renforcer le contrôle sur toutes les routes afin que les conducteurs des tricycles et leurs engins soient en ordre avec les services habilités. Cela, espère la Société Civile, permettra de réduire les accidents sur la route Nationale Numéro 5.

Eliane Mufungizi

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.