Accès Humanitaire

L’organisation Action Contre le Mal et pour l’Encadrement de la Jeunesse (ACMEJ) demande aux FARDC; d’éviter de toujours abandonner les zones qu’elles ont déjà conquises en territoire d’Uvira; et dont les groupes armés qu’ils ont chassés tentent de reprendre.

Dans un rapport sur la situation sécuritaire à Uvira au Sud-Kivu, cette structure indique que depuis mi-septembre dernier; les militaires de la FARDC qui étaient basés dans les moyens plateaux de Lemera; ont quitté leur base pour aller dans les hauts plateaux de Lemera et Mwenga; à la poursuite de combattants burundais FNL et du CNRD du général Kayumba.

Jusqu’à ce jour, note ACMEJ, certains déposent leurs armes et d’autres rentrent chez eux dans leurs Pays d’origine au Rwanda et au Burundi.

«Les populations rurales de la plaine de la Ruzizi ont l’espoir que cette fois-ci les forces loyalistes récupéreront les villages conquis par ces groupes armés nationaux et étrangers et sauvegarderont le pouvoir populaire et de chefs locaux coutumiers. Avec cette opération militaire toutefois un problème revient, que nous avons déjà signalé autrefois: on attaque et on laisse les villages vides, et les combattants Maï-Maï ont tendance à les occuper.  Ainsi, ces villages sont fragilisés, de même que tant d’autres villages des moyens et hauts plateaux de la Plaine de la Ruzizi où les militaires de la FARDC sont absents.» déplore ACMEJ.

Aussi, cette organisation de défense des droits humains demande aux Gouvernements national et provincial; de renforcer l’appui logistique et financiers aux FARDC; en vue de la sortie définitive des groupes armés nationaux et étrangers; du sol de la plaine de la Ruzizi et autres entités du territoire d’Uvira.

Museza Cikuru

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.