Accès Humanitaire

Le puissant ambassadeur américain en République Démocratique du Congo n’a pas arrêté de susciter la polémique au Congo. Mike Hammer, considéré désormais comme « l’autre président de la RDC » a encore fait parler de lui avec son séjour au Kivu.

Il est dans tout et s’exprime même sur presque tous des sujets de politique intérieure de la RDC, Mike Hammer est encore au cœur d’une vive polémique.

Au Sud-Kivu par exemple, le représentant de Donald Trump en RDC s’est directement rendu dans les régions troubles de Bijombo (Uvira), Minembwe (Fizi) et Mikenge (Mwenga) où des conflits armés font des ravages depuis plusieurs mois déjà. 

En véritable officiel congolais, Mike Hammer, affirme avoir pris langue avec les représentants des différentes communautés locales qui, dit-il, veulent la paix et la fin des atrocités.

Les réactions n’ont pas tardé

Ce tweet aura été la goute d’eau qui a encore débordé le vase. Des nombreux congolais qui ne supportent visiblement plus les agissements de ce diplomate n’ont pas attendu pour exprimer leur désapprobation.

« Comment peut-on tolérer que certains diplomates se permettent de faire le tour de nos provinces, de réunir les communautés, prennent position sur notre politique intérieure ainsi que d’autres questions de souveraineté ? Pourtant ils ne le font pas dans d’autres pays voisins » écrit Marie-Ange Mushobekwa, ancienne ministre congolaise en charge des droits humains.

« Il n’est pas permis au Diplomate d’aller en Province sans autorisation des Affaires étrangères. C’est un espion officiel pour son pays. Et quand il y va , le Gouverneur et les services de Sécurité doivent être informés. Certaines négligences risquent de coûter cher au pays. Amateurs s’abstenir », écrit pour sa part madame Nzuzi wa Mbombo en réponse au tweet de Marie-Ange Mushobekwa.

« c’est décevant quand les ambassadeurs commence à réunir le gens comme s’il sont dans leurs pays !! Chers @USAmbDRC @USAmbDRC le Congo est déjà indépendant !! Nous vous exigeons de respecter notre indépendance » écrit un autre internaute.

« Est-ce dans les prérogatives d’un Ambassadeur en poste RDC de réunir des communautés locales? Même si l’idée reste bonne, où sont les autorités congolaises, seules responsables devant le peuple? Nous n’allons pas là un peu trop au-delà des limites de la diplomatie? » écrit pour sa part le journaliste Litsani Choukran de Politico.cd.

“Avons-nous encore un ministère des affaires étrangères en RDC?”, s’est interrogé la sénatrice Francine Muyumba.

Plusieurs autres réactions se suivent sur la toile à Bukavu comme en RDC pour dénoncer un ambassadeur qui « en fait un peu trop ».

Des congolais, voient dans les agissements de Mike Hammer une tentative de vouloir « matérialiser » le vœu de certains officiels américains de voir le Congo se démembrer en plusieurs morceaux. 

Alors que des internautes attendent par exemple que les USA s’expriment clairement sur le rapport mapping et la responsabilité de leurs alliés de tous les jours (Rwanda, Ouganda ou des chefs miliciens), « l’autre Président Congolais » rappelle tous les jours une seule phrase ambigüe  » les États-Unis soutiennent les efforts visant à obtenir justice et à mettre fin à l’impunité « .

Pendant ce temps, le diplomate américain évoque le Président Tshisekedi dans toutes ses sorties, comme pour dire « je fais tout ça avec la bénédiction de votre président »; lui, le président qui le reçoit toutes les fois qu’il le souhaite et qui exauce les vœux de Washington à la lettre. 

Jusqu’où ira-t-il l’ambassadeur américain? Les autorités congolaises continueront-elles à le laisser agir en toute liberté sans lui rappeler qu’il n’est pas le président élu des Congolais? Même s’il est peu probable que les actuelles autorités agissent contre les caprices du représentant américain en RDC, des congolais commencent à se montrer exigeants.

Jean-Luc M.

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.