Accès Humanitaire

Le Général Delphin Kahimbi jusque-là Chef d’Etat-Major en charge des renseignements militaires avant sa suspension est décédé à Kinshasa ce vendredi 28 février 2020.

C’est en tout cas ce que confirment plusieurs sources dans la sphère militaire et politique en RDC.

Mais cette mort d’un puissant soutien de l’ex Président Joseph Kabila suscite plusieurs réaction.

C’est le cas du Coordonnateur de l’Association Congolais pour l’Accès à la Justice qui appelle à une enquête afin d’élucider les circonstances de sa mort. Georges Kapiamba regrette cependant qu’il soit parti sans répondre de ses violations graves des droits de l’hommes mises à sa charge.

« ACAJ regrette la mort du général Delphin Kahimbi et appelle à une enquête indépendante sur ses circonstances. Sa mort constitue un coup dur pour plusieurs victimes de violations graves des droits de l’homme qui espéraient le voir en expliquer les motifs devant un juge compétent » écrit Georges Kapiamba.

Il faut dire que Delphin Kahimbi était sous sanctions internationales depuis plusieurs années aux côtés d’autres officiels sous le régime Kabila.

Selon Human Rights Watch, entant que chef des renseignements militaires, Le Général Delphin Kahimbi a été impliqué dans des arrestations arbitraires, des détentions et des mauvais traitements à Kinshasa, entre autres dans le contexte de la répression des partis d’opposition.

Jean-Luc M.

Partager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.