Accès Humanitaire

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) dit avoir enregistré 1.751 cas de violences au cours de l’année 2021 au Nord-Kivu. Parmi eux, 857 cas de violences sexuelles ont été notifiés.

Ces chiffres ont été dévoilés ce jeudi 16 juin lors d’une séance d’échange tenue à Goma entre les professionnels des médias et la sous-délégation du CICR au Nord-Kivu.

Olivier Kima, responsable du programme Santé mentale au CICR Nord-Kivu, indique que plus de 1.000 cas ont reçu une assistance médicale du CICR. Et parmi les victimes de ces violences, plus de 500 ont bénéficié des activités génératrices des revenus.

«Il était important pour nous qui travaillons dans ce département, de venir expliquer ce que nous faisons. Nous prenons en charge toutes ces personnes qui ont des problèmes en lien avec les violences. Et parmi les victimes nous avons celles des violences sexuelles et plusieurs autres formes de violences. D’autres personnes ont été blessées soit par arme à feu ou blanche, et elles vivent en situation de handicap suite aux violence vécues. Les témoins des assassinats ou des tueries, affrontements, etc. Voilà pourquoi nous nous sommes organisés pour répondre à leurs problèmes sur certains plans,» indique-t-il.

Lire aussi Le CICR fustige l’impunité des auteurs des violences sexuelles

Celui-ci ajoute que depuis le début de l’année, le CICR a déjà enregistré 883 cas de violences au Nord-Kivu, parmi eux 419 cas de violences sexuelles.

Dans le cadre de la lutte contre ce fléau, le CICR dit avoir formé des porteurs d’armes, sur la problématique des violences sexuelles en province du Nord-Kivu.

Lire aussi Affrontements FARDC-M23: 4 personnes tuées, 15 blessées et 8 cas de viol

L’organisation internationale dit également avoir lancé une grande campagne de sensibilisation sur la prévention des violences sexuelles, afin de renforcer l’acceptation des victimes au sein de la communauté.

Freddy Ruvunangiza à Goma

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.