Accès Humanitaire

La Société Civile de Kitshanga en chefferie des Bashali dans le territoire de Masisi dénonce les tueries et d’autres exactions que subissent les populations de cette partie de la province du Nord-Kivu de la part de certains militaires de l’armée loyaliste FARDC.

Cette accusation émane de cette structure citoyenne de la place après l’assassinat d’un jeune garçon connu sous le nom de Muisha, d’une vingtaine d’années la nuit du lundi à ce Mardi 25 Février 2020 aux environs de 20 heures dans le quartier Mberere.

Un incident commis par un militaire de l’armée congolaise de l’unité communément appelée « Musheku » lorsque la victime venait à la rescousse d’un autre jeune de ce quartier à qui on voulait ravir les écouteurs d’un téléphone mobile.

Tobirwakyo Kahangu Toby, le président de la Société Civile en chefferie des Bashali  déplore le fait que des militaires qui sont sensés protéger la population soient ceux qui sont à la base de la persistance de l’insécurité dans cette partie de Masisi.

Il appelle les autorités militaires à punir sérieusement l’auteur de cet énième cas d’assassinat. 

« Voilà où on arrive quand un militaire commence à convoiter les biens des habitants. Nous dénonçons cette attitude en appelant les militaires à ne pas convoiter les biens ou effets détenus par des civils » indique le Président de la Société Civile.

Les autorités militaires du 3411ème  régiment  basé à Kitshanga affirment avoir déjà mis la main sur ce militaire juste après cet incident. Elles  appellent la population au calme en attendant la suite de ce dossier.

Félix Balume Hangi, depuis Masisi

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.