Accès Humanitaire

Sur appel de la Nouvelle Société Civile Congolaise sous coordination de Durba, des habitants sont descendus dans la rue ce lundi 3 février 2020 avec l’unique objectif de dire non au chômage en face d’une grande mine Kibali.

Encadrés par les éléments de la Police Nationale Congolaise du commissariat du territoire de Watsa, les manifestants scandaient des chansons contre Kibali. Ils ont débuté leur manifestation aux environs de 8 heures 3 minutes.

Sur leurs calicots on pouvait lire «Nous refusons tout emploi par recommandation, nous disons non aux négociations et exigeons le strict respect du code minier ».

Dans une interview accordée à la presse en pleine manifestation, Jean cêphas Gomisame coordonnateur territorial de cette structure citoyenne a indiqué que la population locale est dans une misère totale pendant que «son or » est exporté.

« Nous disons à Kibali de nous confier le département de la sécurité de sa mine (gardiennage) car ça ne demande même pas les hautes études, nous avons consulté tous les départements de Kibali, nous n’avons pas trouvé même un fils du terroir mais c’est inacceptable… », regrette le numéro 1 de la Nouvelle Société Civile du Congo en territoire de Watsa.

Par ailleurs,  les manifestants ont formulé  plusieurs recommandations dans leur mémorandum qu’ils ont remis auprès du chef de secteur Kibali monsieur Dieudonné Sûrur rencontré  au rond-point le coq point de chute de la manifestation pacifique.

Commencée à 8h au rond-point Korogo non loin du bureau de la PNC, cette marche à chuté au rond le coq en bas de la place Kermesse aux environs de 11 heures locales.

Richard Kaponirwe, depuis Durba

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.