Accès Humanitaire

 A Bukavu, c’est le retour progressif au calme, après une incursion des assaillants armés enregistrée la nuit de mardi à ce mercredi 3 novembre 2021, dans plusieurs quartiers de la ville.

Même si les activités socio-économiques restent paralysées dans l’ensemble, la circulation tente de reprendre sur certaines artères après cette incursion des assaillants présentés comme de CPC 64.

A la Brasserie en commune de Bagira, certaines personnes voulaient déjà vaquer à leurs occupations peu après 6 heures. Mais un intense mouvement de véhicules des personnes lourdement armées a une nouvelle fois semé la panique.

« Les motards qui étaient devant les dépôts pour sortir leurs motos sont repartis. Et plusieurs personnes qui allaient déjà au travail rentrent en courant. Même les élèves qui tentaient d’aller à l’école sont entrain de rebrousser chemin. Certaines personnes affirment que ces bandits qui ont envahi la ville sont à la place, et ce sont eux qui font à ce qu’ils rentrent. Il faut aussi dire que depuis ces environs de 3 heures, à Brasserie aussi des coups de balles ont fortement retenti. Jusqu’aux environs de 6 heures justew il y avait encore des coups de balles,», rapportait une source sur place

Au niveau de l’Hôpital Général au Quartier Nkafu dans la commune de Kadutu, depuis 8 heures justes, la situation commence à reprendre progressivement. Même si toutes les boutiques et pharmacies restent fermées, l’on peut voir quelques véhicules et motos faire transport en commun.

Cependant, l’incertitude et la peur se lisent sur le visage de chacun des habitants sur place. Plusieurs ne savent pas encore si la situation est déjà sous contrôle ou s’il y a encore lieu de s’inquiéter.

Au niveau de la place de l’indépendance, à 8 heures 15, tout était calme. Même si les drapeaux qui y sont hissés ont été arrachés, des militaires et policiers y sont présents, et d’autres passent chaque minute sur des motos.

Des curieux se sont rassemblés pour tenter de comprendre ce qui se passe réellement dans leur ville.

Lire aussi: Attaque de Bukavu: des habitants ont parlé avec des assaillants (Témoignages)

La circulation tente de reprendre dans certains parkings, notamment celui de Brasserie et Essence.

Mais les activités économiques peinent à démarrer : à part quelques femmes vendeuses de légumes visibles sur la route Place-Hôpital Général, les commerçants qui abondent les différents coins de la place sont quasi inexistants, et les stations-services sont restées fermées.

Cependant, la présence d’une centaine d’habitants tente de rassurer, et certains sont plutôt optimistes quant à la suite des événements.

Vers le Lycée Wima dans la commune de Kadutu, des balles crépitent également depuis cette nuit.

 La circulation est fortement perturbée, les habitants restent presque tous enfermés dans leurs maisons.

Le mouvement des engins roulants en provenance de Ciriri, de la Place de l’Indépendance ou encore de l’ancienne coopérative n’est pas cette fois visible.

De l’autre côté en commune d’Ibanda, c’est la peur dans le chef des habitants de Muhungu et ceux de Cercle Hippique ce mercredi 3 novembre 2021 après l’incursion.

Plusieurs mouvements des éléments des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), se font voir vers la route Camp Saïo avec des armes lourdes pour aller renforcer d’autres dans des positions stratégiques de la ville.

Des élèves et écoliers qui voulaient se rendre à l’école, ont été renvoyés par les Forces de l’ordre.

Une panique générale se fait voir dans cette partie de la ville où des paisibles citoyens sont obligés de rester chez eux et d’autres dans des rues propagent malheureusement des rumeurs sur la situation sécuritaire actuelle.

Sur la route Place de l’Indépendance-Nyawera, plusieurs militaires FARDC sont présents. Ces derniers sont positionnés sur chaque 50 mètres, et essaient de contrôler le mouvement des habitants.

Au marché de Nyawera vers 9 heures, aucune activité économique n’avait encore démarré. Seuls quelques observateurs d’un côté, et des militaires FARDC de l’autre côté, sont visibles.

Cependant, plusieurs sources affirment que la situation reste encore confuse dans certaines autres entités, notamment Essence-Major Vangu.

Signalons par ailleurs que plusieurs écoles ont renvoyé les élèves qui sont arrivés en petit nombre ce matin. Les responsables préfèrent observer d’abord comment sera la situation, avant d’ouvrir les classes.

Lire aussi: Bukavu : une nuit de panique

Les autorités ont donné les premières assurances après cette incursion des assaillants. Un Conseil Provincial de Sécurité pourrait avoir lieu ce matin. 

Jean-Luc M.

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.