Accès Humanitaire

    Le Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu demande à la Commission électorale Nationale indépendante (CENI) d’être réceptive aux recommandations et d’améliorer ses services pour les prochains scrutins et de publier les résultats conformes à la vérité des urnes.

    Il l’a dit dans une déclaration faite ce samedi 23 décembre 2023, après l’analyse du rapport préliminaire de monitoring électoral des scrutins combinés du 20 décembre 2023 produit par le groupe thématique élection et bonne gouvernance de la Société civile du Sud-Kivu.  

    Lire aussi: Présidentielle en RDC : Tshisekedi en tête dans les cinq pays pilotes pour les congolais de l’étranger

    Dans cette déclaration, cette structure citoyenne dénonce les irrégularités qui ont émaillé les opérations de vote et de dépouillement après les élections du 20 décembre dernier.

    Parmi ces irrégularités, la Société Civile cite le non-affichage des résultats dans certains bureaux de vote cas de l’Hôpital Général et Irambira, la prolongation irrégulière des jours de vote, des témoins et observateurs ont été refusés d’accéder dans certains centres de vote, des violations du secret de vote par les accompagnateurs des personnes en difficulté d’utiliser les Dispositifs Électroniques de Vote (DEV) dans certains endroits.

    La Société Civile parle aussi de dysfonctionnement de certains DEV signalés à plusieurs endroits suite aux batteries non chargées ou confusion de clés USB, des coups de balles entendues autour de certains centres ainsi que la présence des militaires dans certains centres tels que le Collège Alfajiri ; etc.

    Dans cette déclaration, plusieurs recommandations ont été reformulées à l’endroit de plusieurs institutions pour éviter le conflit post-électoral en République Démocratique du Congo.

    Pour la CENI, la Société Civile recommande d’observer l’indépendance en tout et pour tout et de s’empêcher d’être à la solde des acteurs politiques lors de l’opération de compilation dans les centres locaux.

    Elle demande surtout de ne pas proclamer les résultats avant la fin de travaux de compilation dans les CLCR comme ce fut le cas en 2018.

    La Société Civile demande à la CENI de transmettre les plis devant les cours et tribunaux après compilation et de tenir compte des résultats compilés manuellement et électroniquement, de publier les résultats bureau de vote par bureau de vote conformément à la loi, d’organiser toutes les autres élections directes et indirectes prévues au calendrier électoral en 2024 et ne pas laisser le processus à mi-chemin.

    La Société Civile demande aussi d’accepter toutes ses défaillances en ce qui concerne le déploiement des matériels électoraux ainsi que les conséquences techniques et pratiques qui s’en sont suivies, …

    La Société Civile recommande à l’Assemblée nationale en tant que tutelle de la CENI de bien tirer les leçons par rapport aux prestations de l’équipe de la CENI  et de diligenter un audit par rapport à la passation des marchés publics effectuée par la CENI pour l’acquisition des biens de la CENI.

    Cette structure citoyenne demande  d’analyser la recommandation de la CENI par rapport à la poursuite en justice de l’entreprise MIRU system qui a fourni des kits d’enrôlement défectueux ayant préjudicié plus d’un congolais à cause de la mauvaise qualité de la carte d’électeur  

    Aux cours et tribunaux, la Société Civile demande de trancher en toute transparence les contentieux électoraux mais aussi d’épargner la population des arrêts intempestifs de validation, invalidation et revalidation des résultats pour soi-disant rectification des erreurs matérielles en ce qui concerne les élections législatives.

    Elle demande que seules les juridictions compétentes puissent trancher de contentieux électoraux et de sanctionner les détenteurs du pouvoir public qui ont abusé des biens de l’Etat pendant la campagne électorale.

    Par rapport aux violences et conflits post-électoral, la Société Civile recommande aux partis et regroupements politiques qui ont aligné les candidats d’éviter la violence et le triomphalisme.

    Lire aussi: Elections « frauduleuses » en RDC : la démission de Denis Kadima réclamée dans 48 heures !

    Elle les appelle à recourir aux cours et tribunaux dans le règlement des contentieux électoraux, et de ne pas semer la division et la confusion au sein de la population.

    Conscient de la situation post-électorale complexe, la Société Civile demande à la population de demeurer calme en attendant la proclamation des résultats.

    Claudine Kitumaini
    Partager.

    2 commentaires

    1. Pingback: Élections en RDC : exclus des récents scrutins, des habitants de Rutshuru attendent impatiemment les résultats - La Prunelle RDC

    2. Pingback: Elections en RDC: la Société Civile du Sud-Kivu n’exclut pas des actions citoyennes si ses recommandations autour des irrégularités ne sont pas prises en compte - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.