Accès Humanitaire

    Après la publication des résultats provisoires de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) proclamant Felix-Antoine Tshisekedi vainqueur de la Présidentielle du 20 decembre2023, l’opposition crie à la fraude et la tricherie. Au Sud-Kivu, l’opposant Nicolas Kyalangalilwa, le Président Fédéral du parti politique Leadership et Gouvernance pour le Développement (LGD) traite ces élections de « chaotiques ».

    « Les élections du 20 décembre 2023 ont été d’une nature chaotique au-delà de l’imaginable », dit Nicolas Kyalangalilwa.

    Pour lui, la façon dont les élections se sont déroulées le jour des scrutins laisse à désirer.

    « Les gens qui ont voté sans carte d’électeur et cela plusieurs fois, il y a des gens qui ont été renvoyés chez eux parce que les bureaux ont ouvert en retard et donc la participation n’était pas celle attendue. Beaucoup de désordre, il y a eu de monnayage, la campagne qui continue même dans les salles des votes en toute impunité, des machines qui se retrouvent dans des maisons des particuliers, des bourrages d’urnes… »

    Lire aussi: Élections RDC: à son tour, le LGD Sud-Kivu dénonce des graves irrégularités qui mettent en cause les résultats

    Ce cadre du LGD dit avoir été étonné de voir les élections continuer au-delà des jours prévus par la loi électorale et la constitution de la RDC.

    « Ce qui est pire est que le vote ne s’est pas arrêté le 20 décembre. En ce jour, on ne sait pas combien des machines ont continué le vote et on ne sait pas combien des machines ont été attribuées aux individus…donc ce type de vote est un signe très clair qu’il s’agissait, au fait, d’une parodie d’élection pour donner une légitimité au Président Tshisekedi ».

    Pour ce leader de l’opposition, ces résultats ne sont pas acceptables parce que la CENI n’a pas respecté les lois et les codes qui régissent les élections. Comme d’autres voix au pays, celui-ci propose qu’une nouvelle CENI soit mise en place pour réorganiser les élections à tous les niveaux

    « Au sein des oppositions nous pensons que ces élections doivent être annulées purement et simplement, une nouvelle CENI doit être mise en place afin de permettre, dans un délai raisonnable, de faire des élections qui seront acceptées et opposables à tous », propose-t-il.

    Comme d’autres caciques de l’opposition, Kyalangalilwa insiste que ces élections ne sont pas le reflet exact de la volonté populaire.

    Celui-ci évoque aussi la question d’embûches qui y a eu pendant la campagne électorale où des opposants se sont vus empêchés de battre campagne dans certaines provinces. 

    Lire aussi: Élections en RDC : le LGD de Matata Ponyo prêt à fournir des preuves d’irrégularités

    C’est le cas de Matata Ponyo interdit de se rendre à Uvira, Moïse Katumbi empêcher de se rendre au Kasaï… et des morts qu’on a eu à Kindu.

     « En tout et pour tout, il faudra dire que ces élections sont à rejeter totalement quels que soient ses résultats et si nous voulons que la démocratie aille de l’avant, qu’il y ait des élections qui reflètent  la vraie compétition et non pas le monnayage, les tricheries à grande échelle avec comme seul but de donner une majorité confortable à Monsieur Tshisekedi, non seulement en tant que candidat Président mais aussi au niveau du parlement », conclut-il.

    Marina Mwanda
    Partager.

    2 commentaires

    1. Pingback: Elections en RDC : Nicolas Kyalangalilwa (LGD) demande l’annulation pure et simple des élections après l’invalidation de certains candidats - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.