Accès Humanitaire

    Le 31 décembre 2023, la Commission Électorale Nationale et Indépendante (CENI) a proclamé Félix-Antoine Tshisekedi comme le gagnant de la présidentielle du 20 décembre 2023. Ce, pour annoncer les résultats provisoires à la population congolaise qui s’est exprimée à travers les urnes.

    Depuis lors, des voies se lèvent à travers le pays suite aux irrégularités  observées durant l’opération de vote.

    Ces irrégularités sont-elles une raison pour annuler les élections ?

    Lire aussi:  Elections 2023 : «On risque de ne pas enrôler tout le monde» (Me Néné Bintu)

    Maître Néné Bintu Iragi, experte dans des questions électorales de la Société Civile et Leader du groupe Thématique Election et Bonne gouvernance de la Société Civile au Sud-Kivu rappelle que c’est à la Cour Constitutionnelle qu’il revient de se prononcer. La Société Civile en tant qu’observateur a fait son travail, souligne-t-elle.

    Malgré la contestation des résultats par des opposants, la Société Civile décide de rester neutre par rapport  à la question de la réorganisation des élections alors que les institutions s’apprêtent à jouer leur rôle.

    « Pour l’instant, nous Société civile étant respectueuse de la loi, nous attendons la publication des résultats définitifs,  après bien sûr, il y aura des contentieux électoraux et on sera informé de la suite. Nous saluons la publication des résultats provisoires et nous attendons la publication des résultats définitifs. Dire qu’à notre niveau nous pouvons demander l’annulation des élections ce serait aller au-delà de nos missions comme observateurs. Nous n’avons pas des dividendes politiques à tirer des situations présentes, nous avons fait notre travail, il revient aux uns et aux autres de s’en prévaloir pour corriger ce qui est à corriger ou pour même faire de recours, pourquoi pas. Cela peut servir de pistes pour des éventuels recours que pourraient exercer les perdants aux élections. Mais à notre niveau, nous attendons les résultats définitifs »,  déclare madame Néné Bintu.

    La vice-présidente de la Société Civile ajoute que sa structure a fait son travail d’observation et a produit son rapport qui pourra aider les parties prenantes aux élections dans leur démarche.

    « Nous avons déjà produit notre rapport en tant que Groupe Thématique Elections et Bonne Gouvernance,  un rapport préliminaire qui a repris un certain nombre d’avancées par rapport au processus électoral et des irrégularités qui ont été constatés territoire par territoire. Les résultats ont été proclamés le 31, pour nous la CENI a respecté sa parole par rapport à cette date, parce qu’on avait entendu des rumeurs comme quoi on allait reporter la proclamation de résultats de la présidentielle ». 

    La vice-Présidente de cette structure Citoyenne regrette que beaucoup de congolais enrôlés n’aient pas pu exprimer leur choix suite aux défis liés à la logistique. 

    « Nous n’avons pas d’appréciation par rapport à ce qui s’est passé,  à part le fait qu’on a noté que le taux de participation était trop bas comme nous l’avons dit dans notre rapport. Beaucoup des congolais n’ont pas voté pour multiples raisons que nous avons soulevées dans notre rapport préliminaire. Donc sur plus de quarante-quatre millions d’enrôlés, il n’y a que dix-huit millions qui ont voté ; donc plus de la moitié n’ont pas voté et cela à cause de toutes ces irrégularités liées au déploiement tardif des kits, dans certains endroits » note Néné Bintu.

    Lire aussi: Corneille Nangaa en chef rebelle (AFC) : Adrien Zawadi regrette une fin malheureuse d’un ancien animateur d’une institution d’appui à la démocratie !

    Il sied de signaler que malgré la confirmation des résultats par la CENI, et la proclamation provisoire de Félix Tshisekedi comme Président réélu par la Commission Électorale Nationale et Indépendante, Moïse Katumbi et son camp persistent dans leurs accusations à l’égard de Denis Kadima (Président de la CENI), qu’ils soupçonnent d’avoir proclamé celui qui n’a pas été élu.

    Céline Aksanti 
    Partager.

    Un commentaire

    1. Pingback: Elections en RDC: la Société Civile du Sud-Kivu n’exclut pas des actions citoyennes si ses recommandations autour des irrégularités ne sont pas prises en compte - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.