Accès Humanitaire

Alors que femmes enceintes, celles allaitantes, les malades et personnes vivant avec handicap, bénéficient de certains privilèges le jour de vote, pour ces élections du 20 décembre 2023, cette catégorie de personne est contrainte de se battre toute seule pour accéder au bureau de vote dans plusieurs centres de Bukavu.

Au collège Alfajiri, à l’Institut Mushere comme au lycée Nyakavoho de Bagira, les femmes enceintes sont sur la ligne comme d’autres personnes.

Lire aussi: Spécial 20 décembre : Bukavu aux allures d’une journée ville morte

Aucun privilège pour les personnes vivant avec Handicap ou des personnes malades.

D’ailleurs, nombreuses qui se fatiguent sur les lignes rentrent à la maison sans exercer leur droit civique.

« Avec ce gros ventre, je dois aussi m’aligner comme d’autres personnes qui ont toute la force. Nous n’avons ni chaise pour nous reposer et aucun privilège n’est accordé. C’est depuis 8 heures que je suis à ce centre mais je n’ai pas voté. Je vais rentrer chez moi. Je suis fatiguée » ; explique une femme enceinte rencontrée à la porte de sortie du collège Alfajiri vers 12 heures 30.

Lire aussi: Spécial 20 décembre en RDC: plusieurs difficultés pour des électeurs, témoins et observateurs du Sud-Kivu

Une autre femme enceinte et vivant avec handicap décide de rentrer chez elle. Elle est au collège Alfajiri depuis 7 heures du matin. Personne ne veut l’aider.

« Je n’ai pas retrouvé mon nom sur la liste. J’ai ma carte et quand je pose la question aux agents de la CENI, ils me répondent tous qu’ils sont occupés. Je suis enceinte et je suis handicapée mais personne ne se soucie de moi »

La situation est presque différente dans le centre de vote de l’Institut Fadhili de Bukavu. Des personnes vivant avec handicap rencontrées sur le lieu affirment n’avoir pas éprouvé des difficultés à voter dans certains bureaux de vote.

Lire aussi: Spécial 20 Décembre : à Nyiragongo, un désordre observé dans plusieurs centres de vote

Un témoignage corroboré par quelques Observateurs sur le lieu. Les femmes enceintes aussi ne sont pas nombreuses sur la file d’attente. Elles affirment avoir des bureaux où elles sont facilement reçues.

Mais à l’Institut Olimba, des femmes enceintes attendent à la ligne comme toutes les autres personnes.

« Je suis fatiguée d’attendre dans ce cafouillage » dit Aline, une femme enceinte qui attend depuis 7 heures ».

Claudine Kitumaini
Share.

2 commentaires

  1. Pingback: Uvira : voici les observations de 160 bureaux de vote sur les 180 de la ville - La Prunelle RDC

  2. Pingback: RDC : Denis Mukwege craint que les résultats du vote « chaotique » ne reflètent pas la volonté du peuple - La Prunelle RDC

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.