Accès Humanitaire

    Trois cas d’enlèvement ont été signalés à Uvira-Ville et Uvira-Territoire. Il s’agit de deux signalés à Lemera, dans le territoire d’Uvira, et un cas en pleine ville d’Uvira dans la soirée de ce jeudi 14 janvier. Dont une femme et un chef du village.

    Dans le village de Langala (groupement de Lemera), deux hommes ont été enlevés. Il s’agit de Sentier Sate, chef du dit village et Maneno Muhondo, un citoyen de ce coin, amenés vers une destination inconnue par des bandits armés, et non autrement identifiés.

    Selon André Byadunia, Coordonnateur de la Nouvelle Société Civile Congolaise sud Sud-Kivu, les FARDC ont essayé d’intervenir alors que les bourreaux étaient déjà partis avec les otages.

    Dans la ville d’Uvira, sur Avenue Apolo, au quartier Mulongwe (commune qui porte le même nom), on a signalé dans la même nuit, l’enlèvement de madame Mayivuno.

    « C’était aux environs de 19 heures 15 lors que trois messieurs armés vêtus en tenue militaire ont surgi à son domicile. Ils l’ont demandé de se mettre débout et les suivre. C’est comme ça que la dame s’est mise débout et les a suivis » explique-t-il.

    Alertées de la situation, les FARDC sont intervenues en tirant des coups de feu. Malheureusement, ils n’ont pas pu arrêter ces malfrats qui sont partis. Après quelques intimidations, les FARDC sont intervenues et réussi à sauver cette dame.

    « Ils avaient laissé un numéro de téléphone et le matin, ils ont appelé sur le numéro du mari pour dire qu’il faut qu’on envoi 200 dollars. Heureusement ils ont résisté, il y a eu des menaces du côté FARDC (que nous remercions pour leur intervention), et la dame a été relaxée aux environs de 9 heures 30 de ce vendredi», poursuit André Byadunia Mashaka.

    André Byadunia soupçonnent les maisons de Télécommunication de contribuer à ce phénomène d’enlèvements avec leurs services Airtel Money, Orange Money ou M-Pesa.

    « Nous avons toujours dit que les maisons de communication sont en train de contribuer quelque chose sur l’insécurité à Uvira. Parce qu’il est inacceptable que l’argent soit envoyé via Airtel Money, Orange Money et M-Pesa mais qu’on ne parvienne pas à localiser qui sont les propriétaires de ces téléphones qui reçoivent l’argent », s’indigne-t-il.

    Le Coordonnateur de la Nouvelle Société Civile Congolaise comme plusieurs habitants pense que les autorités au niveau de Kinshasa, comme celles au niveau de la province devraient recadrer ces maisons de télécommunication en les obligeant d’activer un mécanisme de localisation pour lutter contre le phénomène d’enlèvements.

    Signalons que ce phénomène d’enlèvement a pris de l’ascenseur de ce côté de la province du Sud-Kivu, comme dans plusieurs autres coins de l’Est de la RDC. Une situation qui inquiète et qui nécessite une réponse immédiate des autorités provinciales et urbaines pour stopper ce phénomène.

    Eric Shukrani

    Share.
    Leave A Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.