Accès Humanitaire

Le Consortium des organisations « Renaissance Africaine, Institut Congolais des Droits de l’homme, et Agir Pour Des Elections Transparentes Et Apaisées » (RENAF-ICDH-AETA), affirme que la situation des droits de l’homme dans la province du Sud Kivu, en RDC, a été en réalité inquiétante, au cours du deuxième semestre de l’année 2019.

C’est ce que note un rapport sur les droits de l’homme au Sud-Kivu publié ce 3 février 2020.

Selon ces organisations, quelques forces loyalistes et les rebelles se sont toutes portées responsables de graves et impitoyables violations des droits de l’homme.

Le Consortium RENAF-ICDH-AETA cite parmi ces violations des attaques et des destructions méchantes des villages entiers et des infrastructures sociales, de pillage des ressources nationales et des biens des populations, la circulation illicite et incontrôlée d’armes de guerre, ou encore la sur militarisation étrangère dans les zones minières.

« Plusieurs attaques sont ont été signalées dans les hauts et moyens plateaux d’Uvira, de Fizi, de Mwenga et de Kalehe. De même, les combattants Mai-Mai Yakutumba, les Raia Mutomboki, les Ngumino, les milices rwandaises et Burundaises, en empêchant les paisibles paysans à vaquer librement à leurs occupations ou en détruisant de fond en comble des villages entiers. » disent-t-elles.

Ces organisations disent avoir plusieurs fois appelé les différentes autorités à agir face à ces exactions, mais rien n’a concrètement été fait jusque-là.

Ainsi, ce consortium demande au Gouvernement de la RDC d’initier des enquêtes indépendantes, sur les allégations de violations des droits de l’homme à partir de janvier 2019, et de mener des poursuites judiciaires à l’endroit de leurs auteurs.

Il demande par ailleurs à la population de collaborer avec les FARDC et la PNC, pour mettre fin à l’insécurité dans la province du Sud-Kivu, pour qu’elle retrouve le droit à la sécurité.

Museza Cikuru Pascal

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.