Accès Humanitaire

L’Alliance des Jeunes Démocratiques (AJD) appelle le Président de la République à soutenir un ticket neutre pour gouverner la province du Sud-Kivu. Ceci après avoir constaté qu’il est difficile de trouver un consensus entre les partis politiques de l’Union sacrée, qui gère actuellement la nation. Un nom est désigné: Nicolas Kyalangalilwa.

Dans une lettre ouverte adressée au Président de la République, ces jeunes demandent au président de soutenir Nicolas Kyalangalilwa Mulondani, comme Gouverneur de la très politique province du Sud-Kivu.

Lire aussi: Sud-Kivu : 10 candidats Gouverneur et 43 sénateurs jusqu’à l’après-midi de ce 1er mars

« …après de longues analyses, la personne de Nicolas Kyalangalilwa  Mulondani, se dégage comme l’alternative la plus crédible et stratégique aujourd’hui au poste de Gouverneur de province, au regard de sa vision élargie, son caractère pacifique et  combatif; sa maîtrise des enjeux et sa proximité avec la population du Sud-Kivu »

Ces jeunes justifient aussi cela par le passage réussi de Nicolas Kyalangalilwa à la société civile et son appartenance à l’opposition, non impliquée dans ces guéguerres improductives.

Ceux-ci ont peint le tableau sombre de la situation de la province du Sud-Kivu suite au manque de leadership à la tête de la province.

Lire aussi: Sud-Kivu : Nicolas Kyalangalilwa à la tête du LGD de Matata Mponyo

«La province du Sud-Kivu, en dépit de toutes les richesses qu’elle regorge, tarde à décoller par manque d’un leadership éclairé et d’une bonne gouvernance à sa tête; elle s’éteint sur tous les plans du développement. Les infrastructures routières n’existent pas et celles qui résistent encore sont en délabrement très avancé. L’eau et l’électricité sont un luxe qu’une petite minorité peut se payer; aucune impulsion dans le secteur agricole, difficile accès aux soins de santé et à l’éducation, les détournements sont monnaie courante, la criminalité minière s’intensifie, les diktats des « autorités morales » annulent tous les rares élans, les tensions communautaires et les injustices sociales prennent de l’espace », se plaignent ces jeunes.

Ceux-ci qui ajoutent que les partis politiques se jettent des propos malsains qui choquent et qui sont distillés régulièrement dans les médias et réseaux sociaux par différents communicants des partis politiques qui ont déjà déposé leurs candidatures.

Ces jeunes qualifient ces propos de susceptibles d’altérer le climat politique en province.

Lire aussi: Sud-Kivu : quel profil pour le prochain Gouverneur de la province ?

Il faut signaler que c’est depuis le 02 février dernier que la CENI avait ouvert le BRTC pour le dépôt des dossiers de candidats gouverneurs, vice-gouverneurs et sénateurs. 

Presque tous les partis de la majorité ont déposé leurs dossiers de candidature.

Il s’agit par exemple de l’UNC, de l’AFDC-A, l’UDPS et autres.

Claudine Kitumaini
Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.