Accès Humanitaire

 « Un retour progressif et silencieux à la prime se fait ainsi observé dans plusieurs écoles ». Cette affirmation est de la société civile du Sud-Kivu qui l’a fait savoir ce lundi 18 janvier 2021 lors d’une conférence de presse ténue par son Bureau de coordination.

Elle fait observer que ce retour progressif et honteux de la prime est à la base des conflits qui opposent actuellement certains préfets des écoles secondaires et les autorités en charge de l’enseignement primaire, secondaire et technique en province.

Pour rappel le Gouvernement avait promulgué la fin de la prise en charge de l’enseignement par les parents et le début de la gratuité à l’école primaire. Une mesure critiquée par les syndicats des enseignants qui fustigent l’absence des mesures d’accompagnement.

Il s’agit entre autres du non payement des enseignants nouvelles unités (NU), le manque de maîtrise des effectifs par la commission de paie et de la modicité du salaire proposé par rapport aux besoins socioéconomique primaires des enseignants.

Des faiblesses que la société civile tient à dénoncer. Elle évoque également le mode de paiement des agents de l’intérieur de la province par des Banques qui reste à désirer.

« Ces agents quittent leur lieu de travail, de fois situé à plus de 5 kilomètres, (voir de centaines de kilomètres) pour venir passer des journées sous un soleil ardent devant les banques, spécialement la TMB sans être servi », dénoncent-elle en signifiant que cinq enseignants se seraient noyés récemment de retour à Idjwi.

Et à la société civile d’appeler aux autorités pour que des réponses soient trouvées aux revendications des enseignants pour ne pas hypothéquer l’éducation des enfants.

Thomas Uzima

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.