Accès Humanitaire

    La République Démocratique du Congo, à travers l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANAPI), a agréé entre 2019 à 2023, 386 projets, totalisant un volume d’investissement de 13,56 milliards de dollars américains, avec l’engagement de créer 37.738  emplois durables. 

    Ces chiffres sont contenus dans le rapport synthèse sur les statistiques des projets agréés publié par l’ANAPI la semaine du 18 au 24 décembre 2023 et consultés par LaPrunelleRDC.CD.

    Sur les 386 projets, 73,58% représentent des projets de création, symbole de l’attractivité ; et  les 26,42% autres projets ont été soumis par des investisseurs déjà admis au code dans le  cadre de l’extension, modernisation et diversification des projets. Ces derniers ont choisi de  renouveler leur confiance à la RDC, au travers l’ANAPI.  

    Lire aussi: RDC : le DG de l’ANAPI est arrivé à Bukavu pour le suivi des projets ayant bénéficié des avantages du Code des investissements 

    Ce document explique que l’année 2022 constitue le pic de cette période, avec l’agrément de  116 projets d’investissement représentant un coût global de 5,15 milliards de dollars  américains et une estimation de 9.282 emplois attendus. Elle marque également l’année la  plus attractive des projets d’investissement depuis la création de l’Agence. 

    De 2019 à 2023, l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI) a agréé 20 projets  à caractère d’utilité publique sur les 386. Son volume de décisions d’investissements est de 1,86 milliards USD, représentant une proportion de 13,77% du total de la période. 

    Ces différents projets d’utilité publique ont un impact significatif sur la société. Ils consistent  en l’amélioration des infrastructures routières, aéroportuaires, hospitalières, énergétiques,  etc. en vue d’améliorer la qualité de vie de la population par la création d’emplois directs et  favoriser le développement économique et durable. 

    Ce rapport précise que 4 secteurs d’activité ont plus attiré l’attention des investisseurs. Il s’agit  du secteur des services avec 44,8%, suivi de l’industrie avec 40,7%, et enfin les infrastructures  et l’agriculture avec respectivement 8,5% et 5,9%.  

    Il ajoute que les investissements directs étrangers représentent la majeure partie des  investissements des projets agréés au code à l’exception de l’année 2021, une année placée  sous le signe de la reprise après le choc subi suite à la pandémie de la covid-19.  

    Lire aussi: RDC : Van Damme reçoit un passeport diplomatique pour promouvoir la Jeunesse, la faune et les Investissements

    L’année 2022 avec 4,5 milliards de dollars américains, a été la plus prolifique en termes d’attraction des IDE au code des investissements. Ceci est un des éléments indicateurs de la résilience de  l’économie congolaise face aux chocs exogènes.  

    « Les efforts abattus par le gouvernement de la République, à travers l’ANAPI et tous ses  partenaires étatiques et privés, ont permis au pays de demeurer pour l’année 2022, à la 7ème place des dix premières économies les plus attractives en matière d’IDE en Afrique », souligne  ce rapport.

    Ces statistiques montrent que sur la période sous examen, les projets des sociétés agréés au  code des investissements ont injecté dans l’économie congolaise environ 4,6 milliards de  dollars américains et créé 17.524 emplois directs pour les nationaux. 

    Lire aussi: RDC: depuis la fin de la coalition FCC-CACH, tous les investissements sont à l’arrêt (ODEP)

    Selon ce rapport, cette croissance est justifiée par plusieurs facteurs. C’est notamment  l’évolution favorable de la conjoncture économique au niveau national ; les réformes et  programmes lancés par le gouvernement, en particulier le programme de Développement  Local des 145 territoires, PDL-145 ; l’intensification des activités de promotion des  investissements menées par l’ANAPI à l’occasion des vingt années d’existence du code des  investissements et l’amélioration de l’environnement des affaires en RDC, avec la baisse de l’insécurité et les actes de lutte contre la corruption. 

    Le rapport précise enfin, que des efforts doivent se poursuivre afin de créer un environnement, de plus en plus, favorable aux investissements pour stimuler davantage la  croissance économique et de créer plus d’emplois. 

    Suzanne Baleke

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.