Accès Humanitaire

La Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC) dénonce la « tentative de prise en otage du peuple en détresse et la privatisation de l’État par une certaine classe politique égoïste». Ceci est contenu dans un communiqué de presse de la NSCC signé ce 23 avril 2024 et consulté par La Prunelle RDC.

Pour la structure, quatre mois après l’investiture du Chef de l’État à la magistrature suprême du pays, la RDC peine à mettre en place le gouvernement et ce, malgré la nomination de l’informateur et de la Première Ministre.

Lire aussi : Beni : la Nouvelle Société Civile Congolaise salue la neutralisation de deux combattants ADF près de Halungupa

La Nouvelle Société Civile Congolaise regrette de constater que le pays va de consultations en consultations comme si les autorités ne sont pas conscientes de l’extrême urgence de la sécurisation du pays et son occupation par les armées étrangères du Rwanda et de l’Ouganda avec la complicité et la bénédiction de la communauté internationale.

Cette guerre injuste, poursuit la NSCC, a occasionné plusieurs milliers de massacres de la population civile, des villages et écoles brûlés dans la partie orientale de la RDC.  

« Que dire du sort de plus de 7 millions des déplacés internes exposés à toutes sortes d’intempéries, Bunagana toujours sous occupation des armées Ougandaise et Rwandaise, le massacre oublié de Kishishe, Kiwandja etc », s’interroge la Nouvelle Société Civile Congolaise.

Pourtant, regrette la Nouvelle Société Civile Congolaise, à Kinshasa, cette préoccupation majeure et vitale de la nation est reléguée au second plan et devient le cadet du souci de la majorité au pouvoir.

« L’heure est plutôt  à la guerre de positionnement dans les institutions de la République ».

Dans ce communiqué, la Nouvelle Société Congolaise de la RDC est formelle : près de 70% des députés nationaux ont pour suppléants, les membres de leurs familles biologiques.

La NSCC craint donc que cela ne se répète dans la nomination des membres du gouvernement, de la diplomatie et des entreprises publiques.

« Décidément, le pays est pris en otage et privatisé par une minorité de la classe politique égoïste actuellement au pouvoir, c’est toujours les mêmes figures politiques qui ont mis le pays à genoux qui tentent de revenir ou se maintenir avec les mêmes méthodes de positionnement politique des membres de leurs familles ».

Ce qui fait dire à la Nouvelle Société civile congolaise que le renouvellement de la classe politique a encore du chemin en RDC.

 « ..Pendant ce temps, le Rwanda et l’Ouganda sont à la manœuvre de la balkanisation et pillage des richesses à l’intérieur du pays, c’est la privatisation qui semble prendre corps, le peuple congolais n’est pas dupe et vous observe».

Pour toutes ces raisons, la Nouvelle Société Civile Congolaise avertit déjà qu’elle sera, comme toujours, du côté du peuple « abandonné ».

Elle appelle désormais à la mobilisation générale et citoyenne pour sauver le pays et contre sa prise en otage par une certaine classe politique et sa privatisation.

« Disons non à la République des familles et des mêmes figures politiques, que personne ne vienne prétexter l’ignorance », conclut-elle.

Séraphin Mapenzi

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.