Accès Humanitaire

    L’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme « ASADHO » dénonce un « harcèlement » des organisations de la Société Civile qui commence par le Sud-Kivu. Dans un communiqué, l’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, (ASADHO) s’interroge sur la mission que le ministère provincial du Plan du Sud-Kivu diligente au sein des organisations de la Société civile avec l’implication de l’Agence nationale de Renseignement(ANR).

    « Il nous revient de plusieurs organisations de la société civile basées à Bukavu qu’elles ont reçu, à titre d’information, l’ordre de mission N°03/024/GP/SK/CAB/MINI, PLAN ET PI/24 du 31 Janvier 2024 portant désignation de 10 personnes qui doivent passer dans chaque ONG pour contrôler l’état des lieux des activités des ONG nationales œuvrant dans la province du Sud-Kivu », lit-on dans le communiqué. 

    Lire aussi : RDC-Décès du général Mukutu Kiyana: l’ASADHO, pleure une bibliothèque sur la situation des massacres persistants à Beni

    Cette mission gigantesque de 10 personnes va du 01 février au 30 mars 2024.  

    Pour l’ASADHO, s’il est vrai que le Ministre du Plan a le mandat de suivre les activités des organisations de la Société civile, il est aussi vrai que le fait d’associer l’ANR, représentée dans cette mission, par Ngomu Luya, démontre l’intention de mettre les ONG sous la surveillance des services de sécurité. 

    « Cette mission est non seulement une occasion de harceler les ONG, mais aussi de les rançonner », tranche l’organisation dirigée par Jean-Claude Katende.

    Selon les informations recoupées par l’ASADHO, certains fonctionnaires repris sur la liste prendraient déjà des contacts avec les responsables des ONG pour qu’ils leur préparent de l’argent destiné à orienter le contrôle en faveur des ONG.

    La crainte de l’ASADHO réside en ce que ce type de contrôle auquel on associe l’ANR risque de conduire au musellement des ONG dans cette province. 

    Face à ce qui précède, l’ASADHO recommande :

    Au Premier Ministre d’instruire le Ministre Provincial du Plan de mettre fin à cette mission qui est organisée en violation de la Constitution et de la loi sur les ASBL. Au Gouverneur provincial de s’abstenir de tout acte de harcèlement ou de musellement des ONG dans la province du Sud-Kivu, de diligenter une enquête sur les actes de corruption ou de tentative de corruption qui discrédite déjà le travail de cette mission. 

    Lire aussi : Beni: l’ASADHO fustige la mort d’un détenu «par manque de nourriture» dans la prison de Kangbwayi

    A l’Agence nationale des Renseignements, (ANR), l’ASADHO recommande de s’abstenir de toute immixtion dans les activités qui ne relèvent pas de ses missions.  

    Enfin, à la Commission Nationale des Droits de l’Homme, l’organisation ASADHO recommande de s’assurer que les autorités du Sud-Kivu ne posent pas des actes qui restreignent l’espace civique pour les ONG de cette province.  

    Martial Kalala

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.