Accès Humanitaire

Le député provincial Alexis Bahunga, alerte sur la persistance de l’insécurité dans le territoire de Masisi, suite à la scission de la milice NDC-R; occasionnant ainsi le déplacement massif des populations de plus de 6 villages; qui vident leurs habitations vers la cité de Nyabiondo où ils se réfugient.

Au cours d’un entretien avec Laprunellerdc.info, ce jeudi 16 juillet 2020; cet élu de Masisi affirme que des affrontements opposent depuis le mardi et le mercredi 16 juillet 2020; le groupe armé APCLS contre une partie de la milice NDC-R.

«La situation est très alarmante et très préoccupante dans la localité de Lukwiti. Mardi et mercredi il y a eu affrontement entre la milice APCLS et une partie du NDC-R. Les FARDC sont venus occuper la zone, et quelques heures après ils sont partis, laissant la population locale dans une grande psychose.» a-t-il dit.

Bahunga fait savoir en même temps que des habitants des localités de Kilambo, Lwibo, Kisheye, Kalungu, Bwendero; et plusieurs autres se sont vidé de leurs villages vers Nyabiondo, suite à l’absence des éléments des forces loyalistes dans leurs entités.

Lire aussi Walikale: la scission au sein de NDC-Rénové à la base d’une méfiance entre communautés

Ce dernier ajoute qu’actuellement un afflux des déplacés est signalé à Nyabiondo; et dit regretter de constater que ces derniers n’ont aucune assistance humanitaire de la part du Gouvernement ou des humanitaires.

Cet élu de Masisi appelle les organisations humanitaires et tous les autres qui interviennent dans ce secteur; d’intervenir incessamment en vivres et non vivres à cette population, qui s’est déplacée de ses habitations.

Alexis Bahunga lance un appel aux FARDC, de protéger la population tout entière et leurs biens; mais aussi de s’installer dans ces zones abandonnées par le groupe armé Nduma defense of Congo (NDC-R).

Freddy Ruvunangiza à Goma

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.