Accès Humanitaire

    Le Cadre de concertation de la Société Civile Territoriale de Kalehe alerte sur la situation humanitaire des déplacés de guerre suite aux attaques du M23 dans le territoire de Masisi. Ces déplacés sont sur l’axe Minova en groupement de Buzi dans la chefferie de Buhavu. Une réunion de la zone de santé a été tenue pour apporter une réponse humanitaire à la situation de crise.

    Dans une déclaration rendue publique ce mardi 6 février 2024, Delphin Birimbi, Président du cadre de concertation de la Société Civile Territorial de Kalehe renseigne que ces déplacés venus de Bweremana, Shasha et Kirotshe dans la chefferie de Bahunde en territoire de Masisi en province du Nord-Kivu vivent dans les conditions inhumaines.

    Delphin Birimbi, Président de cette structure affirme que ces citoyens congolais vivent sans nourriture, sans eau potable avec tous les risques d’avoir des maladies des mains sales comme le choléra.

    Lire aussi: Nord-Kivu : des affrontements entre M23-RDF et la coalition Wazalendo-FARDC signalés à Nyiragongo et Masisi

    La situation a été brusque pour des organisations humanitaires et le gouvernement congolais. Ces déplacés de guerre peinent à trouver des abris.

    Pour l’instant, ils sont hébergés dans des écoles et Eglises comme l’EP Bushishi 2 , Ep Umoja, Ep Buhashi , Ep Kitalaga, Ep Shanga, Ep Minova , CS Matendo , 8e CEPAC Bethel , 8e CEPAC Minova, Salle des Témoins de Jéhovah et d’autres dans les maisons d’accueil.

    Birimbi appelle en toute urgence les partenaires humanitaires du gouvernement à intervenir le plus tôt possible pour sauver les vies de ces paisibles citoyens.

    « Cette situation handicape les activités scolaires dans les différentes écoles citées, et Ecclésiastiques dans les églises concernées. Les denrées alimentaires sont devenues rares et très chères dans la zone avec risque d’enregistrer plusieurs cas de faim, maladies, morts… ».

    Il faut dire qu’une réunion de crise a été convoquée par le Chef de zone de santé de Kalehe pour évaluer la situation de ces déplacés.

    Lire aussi: Nord-Kivu : déplacement massif des populations à Masisi à la suite des violents combats entre FARDC et la coalition M23-RDF

    Pour le docteur Kanku, Secrétaire administratif de groupement de Buzi dans la zone de Minova, cette réunion a comme but de faire un état de lieu et la cartographie sur la situation humanitaire et sanitaire des déplacés de guerre dans cette partie de la province du Sud-Kivu.

    « Nous sommes dans une crise humanitaire liée à l’afflux massif des déplacés en provenance du Nord-Kivu suite à la guerre. Nous avons besoin de connaître la cartographie, le nombre des déplacés pour lesquels on peut mener des plaidoyers auprès des partenaires et intervenants locaux, nationaux et internationaux. Nous voulons savoir quels sont leurs besoins dans les quatre piliers : la santé, le wash, la protection et l’alimentation », dit-il.

    Plusieurs vagues de déplacés se sont succédé mais la récente est la plus importante, reconnaît-il.

    Notons que malgré la psychose qui règne dans le territoire de Masisi au Nord-Kivu et Kalehe au Sud-Kivu certains habitants n’ont pas fui leurs ménages.

    Lire aussi: Masisi: des tirs du M23-RDF visent la cité de Sake (FARDC)

    Les acteurs sociaux et étatiques appellent leurs compatriotes à regagner leurs ménages respectifs pour ne pas permettre à l’ennemi de réussir son plan.

    Des acteurs sociaux et notables appellent également à faire confiance aux FARDC qui combattent pour protéger l’intégrité du territoire national.

    Trésor Wilondja

    Partager.

    3 commentaires

    1. Pingback: Nord-Kivu: les rebelles du M23 avancent vers Sake alors que des milliers de personnes fuient vers Goma - La Prunelle RDC

    2. Pingback: Nord-Kivu : Sake se vide de ses habitants suite à l’activisme du M23 aux alentours - La Prunelle RDC

    3. Pingback: Nord-Kivu : plusieurs familles quittent Sake suite à l’activisme du M23 aux alentours - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.