Accès Humanitaire

Ils étaient plusieurs milliers d’habitants de Bukavu à manifester sur l’avenue Patrice Emery Lumumba ce vendredi 7 Août 2020; deuxième grande mobilisation en deux semaines pour demander la libération de Vital Kamerhe, élu de Bukavu incarcéré à Makala dans le dossier du détournement des fonds destinés au programme des 100 jours de Tshisekedi.

Depuis le siège provincial de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) à la Place Mulamba jusqu’au gouvernorat du Sud-Kivu où les manifestants ont remis un mémorandum, des manifestants scandaient clamant l’innocence de leur leader, également meilleur élu de la RDC aux législatives nationales dans la circonscription électorale de Bukavu.

En tout cas un monde fou qui a sérieusement perturbé toute la circulation sur la principale avenue pendant des heures.

Parmi les manifestants, on note la présence de plusieurs élus provinciaux et nationaux de l’UNC, quelques cadres et militants de l’AFDC-A de Modeste Bahati Lukwebo ou encore des soutiens du député provincial PPRD Kahasha Murhula dit « Foka Mike » qui est dans les mobilisations depuis le début et des centaines des structures de soutien à Vital Kamerhe et à l’UNC.

« Nous réclamons la libération de l’honorable Vital Kamerhe, incarcéré injustement à Makala pour des fins politiques », « Non à la politisation de la Justice Congolaise », « Les jeunes de l’UNC Sud-Kivu sont prêts à être emprisonnés à la Place de Vital Kamerhe », pouvait-on lire.

Lire aussi: Sud-Kivu: une forte mobilisation de l’UNC pour la libération de Kamerhe à Bukavu et Walungu ce jeudi

En tout cas pour cette foule, Kamerhe l' »innocent » n’a rien à faire à Makala où il est depuis plusieurs mois déjà. 

Sous l’encadrement de la Police Nationale Congolaise, la manifestation a pris fin à la remise d’un mémorandum sans qu’aucun incident ne soit signalé. 

C’est la deuxième grande mobilisation en deux semaines dans la seule ville de Bukavu pour demander que Kamerhe soit libre. Le 23 Juillet dernier, des milliers des manifestants s’étaient encore une fois rassemblés sur l’avenue PE Lumumba jusqu’au gouvernorat de province.

Ce parti membre du CACH réaffirmait son souhait de voir le président Félix Tshisekedi en tant que garant du bon fonctionnement des institutions, s’impliquer pour qu’il y ait un procès équitable au second degré en faveur de son Directeur de Cabinet, déjà jugé coupable au premier degré. Un procès, qui, il faut le rappelé à encore été renvoyé au 21 Août prochain.

Eric Shukrani 

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.