Accès Humanitaire

Le vice-président de l’Assemblée provinciale dit encourager la justice à en finir avec tous les faussaires attrapés récemment avec des faux ordres de mission entrain de rançonner des entreprises para-étatiques

Il l’a dit à Laprunellerdc.info ce week-end, lors d’un entretien avec son reporter.

Pour cette deuxième personnalité de l’organe délibérant du Sud-Kivu, la corruption, la concussion, le détournement, les pots de vins, et beaucoup d’autres anti-valeurs qui ont élu domicile dans les institutions doivent prendre fin.

C’est d’ailleurs sa conviction pour le changement qui l’a poussé à frapper fort ses proches collaborateurs et le déférer devant leur juge naturel.

«Comme vous le savez, deux agents, Jean-Paul Bategeka, membre du bureau d’études de l’Asspro, et Pablo Kaboyi, secrétaire administratif à mon cabinet, ont été attrapés avec des faux ordres de mission et avaient déjà pris 300.000fc auprès de la CNPR. Ils ont été arrêtés et transférés au parquet depuis le 10 et où ils attendent leur sort selon la rigueur de la loi. Nous encourageons» , a-t-il déclaré.

Il veut que cette action initiée contre son propre secrétaire administratif et un autre membre du bureau d’études de l’Asspro puisse servir de leçon à tous les autres loups qui seraient encore dans la bergerie.

«Puissent ces arrestations raisonner dans les cœurs et les cerveaux de tous les agents de l’Assemblée provinciale et de tous les politiciens vertueux dans l’encouragement des pratiques prohibées,» a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, ses proches estiment que cela est une preuve suffisante que le bâtonnier est un homme de valeur et de conviction et que tout le monde doit être sur ses gardes.

«En frappant ses propres recommendés et travailleurs à son bureau, le bâtonnier Yabe prouve que la loi frappe et frappera sans exception. Elle détruira les parapluies de l’impunité, peu importe celui qui le tient où celui qui vouvre» a déclaré un de ses proches.

Jean-Luc M.

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.