Accès Humanitaire

Les organisations de la Société Civile Forces Vives du Sud-Kivu seront réunies le 13 avril prochain en vue de désigner les membres de leur Bureau de Coordination. Un processus démocratique devenu une coutume depuis plusieurs décennies. Mais de nombreux Sud-Kivutiens ne comprennent pas comment se passe vraiment le vote des membres du Bureau restreint et élargi de cette prestigieuse structure fédératrice des organisations de la Société Civile.

Tout se passe au sein de l’Assemblée Générale, l’organe suprême de la Société Civile. Celle-ci élit et valide les mandats des membres du Bureau de Coordination Provinciale et du Conseil d’Ethique, de déontologie et de contrôle élus au sein de leurs composantes respectives.

Lire aussi: Sud-Kivu : voici la date irréversible de l’élection du nouveau bureau de Coordination de la Société Civile

Le bureau restreint est composé d’un ou d’une Président.e d’un.e Vice-Président.e, d’un.e Rapporteur.e et son adjoint.e et d’un.e Trésorier.e., tous issus de 14 composantes de la Société Civile. Ces 5 personnes sont rejointes par 9 autres personnes représentant leurs composantes respectives, un membre représentant les noyaux urbains, communaux et territoriaux ainsi qu’une personne du bureau sortant cooptée au sein de la composante femme par les membres du bureau sortant. Ce qui fait le total de 16 membres au total dans le bureau de Coordination élargie.

C’est donc si facile que ça ?

Mais attention, avant que ces personnes élisent les membres du Bureau de Coordination et du Conseil éthique, un exercice parfois périlleux commence dans les 14 composantes qui composent la Société Civile du Sud-Kivu.

En premier lieu, chaque composante se choisit 10 organisations parmi les dizaines ou les milliers qui se reconnaissent en elle. Un Procès-verbal à présenter à l’Assemblée Générale est établi.

Le jour de l’élection, ces dix organisations membres des 14 composantes se choisissent séance tenante chacune un délégué. C’est donc les délégués de ces composantes, plus celui ou celle représentant les noyaux communaux, urbains, territoriaux qui ont le droit d’être candidat à un poste au sein du bureau restreint. Les 5 membres du bureau restreint viennent donc de là.

Lire aussi: La Société Civile du Sud-Kivu choisit ses animateurs le 23 mars prochain

En clair, on n’est pas candidat Président, Vice-Président ou à un autre poste à la Société Civile du Sud-Kivu avant la tenue de l’Assemblée Générale et élective. Les personnes peuvent bien sûr exprimer leurs ambitions mais ne pas parvenir à se porter candidat parce que seulement non désignées par leurs composantes.

C’est au sein de ces composantes que la bataille est rude pour pouvoir être désigné en premier lieu avant de se soumettre à l’exercice de vote par toute l’Assemblée Générale. Et c’est là que tout le jeu se joue de la part des potentiels concurrents. Chacun voudrait bien se rassurer d’avoir la majorité des délégués dans les 14 composantes ainsi que les représentants des Noyaux territoriaux

Un bel exercice démocratique devenu une tradition qui passionne plusieurs acteurs sociaux et qui devrait à coup sûr servir de modèle à d’autres structures sociales. 

Jean-Luc M

Share.

Un commentaire

  1. Pingback: Contentieux électoraux au Sud-Kivu : la CENI, seul maître des preuves ! - La Prunelle RDC

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.