Accès Humanitaire

    Des personnes âgées et des analphabètes ont eu du mal à voter ce 20 Décembre 2023. Cette catégorie de personnes ne maîtrise pas l’outil informatique et n’avait que la description physique et l’accoutrement des candidats en lieu et place de leurs numéros et noms.

    A l’Institut de Bagira, une septuagénaire a eu du mal à faire son choix dans l’isoloir. Après avoir reçu son bulletin de vote par des agents de la Commission Électorale Nationale Indépendante(CENI), cette dernière a essayé la procédure plusieurs fois mais sans succès. Suite à ces essais, le Dispositif Électronique de vote a été bloqué pendant un bout de temps avant de fonctionner normalement.

    Lire aussi: Spécial 20 décembre 2023 : la campagne électorale se poursuit dans des centres de vote de Bukavu !

    Dans plusieurs centres, des agents de la CENI, témoins et observateurs n’ont pas assisté ces personnes.

    Un autre bémol est que jusque tard dans la soirée, des observateurs et témoins n’ont pas eu accès aux bureaux de vote. Les chefs de bureau justifient ce refus par le fait qu’ils sont nombreux.

    Seuls quelques centres de la commune de Bagira ont traité les vieillards et d’autres vulnérables avec bienveillance. Il s’agit du centre de l’Institut de Bagira, l’EP Bangu et à l’Institut Bwindi.

    « Les agents de la CENI nous ont demandé de patienter jusqu’à 18 heures pour voter. Certaines personnes de troisième âge ont du mal à se manifester à cause de l’encombrement des électeurs, mais au cas où les membres de la CENI les répertorient, ils ont automatiquement accès au vote par dérogation dans certains centres », explique un observateur affecté à Bangu.

    Dans le lot des difficultés, des électeurs étaient en colère parce qu’ils ne pouvaient pas facilement retrouver leurs noms sur la liste ; des listes affichées le même jour.

    D’autres noms, par contre, sont restés introuvables sur les listes des centres dans lesquels ils s’étaient enrôlés.

    Lire aussi: Spécial 20 décembre 2023 : pas de privilège pour des femmes enceintes et allaitantes, les malades et PVH

    « Je n’arrive pas à comprendre cette pratique. Je m’étais enrôlée à l’Institut Sainte famille mais je n’arrivais pas à retrouver mon nom. J’ai décidé d’accompagner mon frère à son centre qui est l’EP Bobozo, où j’ai, par hasard, retrouvé mon nom» s’est étonnée Christèle Mushamalirwa.

    Des petits incidents comme le vol de téléphones portables ont été signalés dans certains centres de vote à Bagira.

    Des boissons fortement alcoolisées ont été aussi consommées par certains jeunes qui semaient des troubles sur des files.

    Des centaines d’habitants de Bagira étaient visiblement mobilisés pour répondre à l’appel au vote.

    Lire aussi: Spécial 20 décembre : Bukavu aux allures d’une journée ville morte

    Marché, boutique, transport en commun ont difficilement tourné. A Bagira, des électeurs ayant perdu leurs cartes d’électeur et/ou ayant des cartes illisibles ont eu accès sans difficulté au vote si leurs noms figurent sur la liste des électeurs dans les centres.

    Suzanne Baleke
    Partager.

    Un commentaire

    1. Pingback: RDC : des candidats Président de la République prêchent la réorganisation des élections ratées par  « une CENI autrement composée » - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.