Accès Humanitaire

En République Démocratique du Congo, l’assemblée nationale peine à se doter d’un bureau définitif et ce, malgré la publication du calendrier annonçant pour le 18 Mai 2024, l’élection dudit bureau.

Cinq jours avant la tenue de cette élection, soit à un jour de la date limite du dépôt des candidatures pour les 7 postes à pourvoir, l’union sacrée, qui est la famille constituant la majorité présidentielle peine à s’accorder sur la composition du Ticket à présenter pour doter à cette institution des animateurs censés lui permettre de jouer convenablement son rôle à savoir de contrôler l’exécutif et légiférer des lois, surtout dans un contexte sociopolitique et sécuritaire particulier marqué par l’agression Rwandaise.

Lire aussi : Assemblée Nationale : sous pression, Mboso publie enfin le calendrier pour l’élection et l’installation du bureau définitif

Pour l’instant, seuls, les postes de Président et de Premier vice-président, ont déjà officiellement des candidats connus et acceptés. Il s’agit respectivement de Vital Kamerhe, investi candidat président à la suite de la primaire de l’USN et Jean-Claude Isaac Tshilumbayi désigné par l’UDPS-Tshisekedi candidat premier vice- président.

Lire aussi:

Pour d’autres postes, notamment le deuxième vice-président, le Questeur, le Rapporteur et le Questeur adjoint, plusieurs députés de l’union sacrée contestent les candidatures présentées par le présidium de cette plate-forme politique.

Il s’agit de la candidature de Christophe Mboso au poste de deuxième Vice-président.  Cette candidature est contestée notamment parce que Mboso est au cœur de soupçons de malversation financière alors qu’il était jusque-là le président de la basse chambre du parlement.

La candidature de Serge Bahati, au poste de Questeur. Certains députés de l’union sacrée lui reprochent le fait qu’il soit le fils de Modeste Bahati Lukwebo, un des membres du présidium de l’union sacrée.

La candidature de Caroline Bemba au poste de Questeur adjoint. Celle-ci serait la sœur de Jean-Pierre Bemba, qui est également membre présidium de l’union sacrée.

Dans leur déclaration rendue publique à Kinshasa, ces députés dénoncent le clientélisme et de népotisme dans la désignation de ces candidatures.

Lire aussi : Primaires à l’Union Sacrée : Kamerhe défie le redoutable Lukwebo et l’emporte haut la main !

« La Composition du bureau définitif de l’Assemblée nationale doit respecter les prescrits de la constitution et du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale sur le principe de la représentation équitable des Provinces de notre Pays. Il est donc inacceptable qu’une Province, une tribu ou un espace provincial occupe deux postes au Bureau, alors que d’autres sont absents » ont-ils dénoncé.
A l’UDPS, le Secrétaire Général Augustin Kabuya est également sous une forte pression. Les partis et regroupements politiques mosaïques de parti présent menacent d’aligner un candidat indépendant pour récupérer le poste de Questeur qu’ils estiment le leur.  Ils accusent Kabuya d’avoir mal négocié avec le présidium.

Samedi 11 mai dernier, les députés issus des mosaïques UDPS ont exprimé à Augustin Kabuya le refus de voter pour certains candidats désignés par le présidium.

Steve Mbikayi qui est également président d’un parti politique de l’union sacrée a même refusé de se taire. Il a crevé l’abcès en soutenant qu’à l’ union sacrée, les présidents des partis et regroupements politiques sont des garçons de course des membres du présidium.

« Ils n’ont jamais été consultés. Phénomène jamais vécu dans le passé » dénonce cet ex – ministre et député en fonction.

« Nous sommes en train d’assister à un recul démocratique criant. Une oligarchie se consolide sous nos yeux. La résistance s’impose » a écrit Mbikay sur son compte Twitter.

Face à ce blocage, les députés signataires  de la déclaration du samedi 11 mai dernier ont demandé au Président de la République, Félix Tshisekedi de rejeter la proposition du ticket faite par le Présidium de l’Union Sacrée de la nation et d’exiger la représentation équitable des provinces, le respect du poids politique et de refuser tout « népotisme ».

 » Les Députés Nationaux Républicains ne peuvent accepter des candidatures teintées de népotisme.Tout en reconnaissant le principe de solidarité dans l’attribution des responsabilités, ceci demeure une exception car la règle et les poids politique, résultat du vote populaire, critère Démocratique par Excellence » soutiennent-ils.

Selon les tweets de certains élus signataires de cette déclaration, le ticket de l’Union sacrée pour le bureau définitif de l’Assemblée nationale que compte présenter le Présidium à Félix Tshisekedi est composé des personnalités telles que Vital Kamerhe (Espace Kivu) comme candidat Président, Jean-Claude Tshilumbayi (Espace Grand Kasaï) candidat premier vice-président, Christophe Mboso N’kodia Pwanga (Espace Grand Bandundu) candidat 2eme vice-président, Jacques Djoli (Espace Grand Équateur) comme candidat rapporteur, Serge Bahati (Espace Grand Kivu) comme candidat Questeur et Caroline Bemba (Espace Grand Équateur) comme candidate Questeur Adjoint.

Bertin Bulonza

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.