Accès Humanitaire

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a suspendu, à partir du 30 mai 2024, la distribution d’aide alimentaire lancée le 24 mai dernier en faveur des personnes déplacées installées sur l’axe Kanyabayonga Burangiza et Bulindi dans la chefferie Bwito-Rutshuru (territoire de Lubero), au nord de la province du Nord-Kivu.

L’activité, d’une durée prévisionnelle de 10 jours, a été interrompue suite au rapprochement ces 4 derniers jours des affrontements armés entre les forces gouvernementales de la République Démocratique du Congo et le groupe armé M23 (Mouvement du 23 mars) autour de Kanyabayonga. Des affrontements qui ont entraîné le déplacement de nombreux civils bénéficiaires de l’assistance du CICR.

Lire aussi : Nord-Kivu : Le CICR répond au besoin ultime des familles déplacées de guerre vivant à Kanyabayonga

Dans un communiqué publié par le CICR  ce mardi 4 juin 2024, l’organisation indique que sur les 58 000 personnes ciblées par cette assistance,  29 046 personnes ont été servies.

« En collaboration avec les volontaires de la Croix-Rouge de la RDC, nous avons pu donner des rations composées de farine de maïs, de haricots, de l’huile raffinée et du sel iodé. Le but était de les aider à répondre à leurs besoins urgents en termes de nourriture », indique Myriam Favier, cheffe de la sous-délégation du CICR à Goma, au Nord-Kivu.

Selon CICR,  les populations visées par l’aide ont quitté, entre le mois de janvier et mars 2024, leurs localités de la province du Nord-Kivu, notamment dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Walikale, afin d’échapper aux affrontements armés dans la zone.

« C’est la première assistance que la plupart de ces familles reçoivent depuis janvier 2024. La majorité d’entre elles se sont déplacées à plusieurs reprises pour fuir la violence et ont perdu leurs moyens de subsistance. Face à des combats qui se rapprochent, de nombreux ménages se sont de nouveau déplacés », indique le CICR, qui dit être inquiet pour ces populations.

« A chaque nouveau déplacement, elles sont rendues encore plus vulnérables. Nous restons également préoccupés par le fait que les affrontements ont lieu à proximité de zones densément peuplées, que ce soit autour de Kanyabayonga, mais aussi à Sake dans le territoire de Masisi et autour de Goma » affirme Myriam Favier.

Le CICR rappelle que les parties au conflit doivent prendre toutes les précautions pratiquement possibles afin de minimiser les conséquences humanitaires des affrontements sur les civils.

Pour acheminer son assistance de Goma à Kanyabayonga, le CICR avait mobilisé 14 camions qui sont passés par les axes Rutshuru Kiwanja-Mabenga et Rwindi, traversant des lignes de front, après un dialogue avec les parties au conflit, et ce afin d’obtenir les garanties de sécurité nécessaires à ce type de mouvement et d’opération.

Qu’elles soient au sein des familles d’accueil ou dans des sites de déplacement et centres de regroupement collectif, les déplacés vivent dans des conditions de grande précarité, avec des besoins prioritaires notamment en termes de nourriture, d’accès à l’eau ou aux soins de santé.

Lire aussi : Guerre à l’Est de la RDC : le CICR constate l’afflux des blessés par armes lourdes dans des hôpitaux au Nord et Sud-Kivu

« Nous suivons l’évolution de la situation et analysons la possibilité de terminer la distribution de vivres dont les populations ont tant besoin à Kanyabayonga », rassure le CICR.
Le CICR a lancé, au mois d’avril dernier, deux projets de soutien régulier au Centre de Santé de Référence (CSR) de Kanyabayonga et au CSR Cepromi, à cheval entre les territoires de Lubero et Rutshuru.

L’objectif est de fournir, pendant 6 mois, un accès gratuit aux soins de santé primaire et secondaire, ainsi qu’aux soins de santé mentale et de soutien psychosocial à plus de 64 720 personnes habitant la zone dont plus de 17 110 déplacées. Par ailleurs, 1 848 personnes déplacées et membres de familles d’accueil bénéficient d’un accès à l’eau potable grâce à un réservoir d’eau de 10 m³ et des bornes fontaines installées à Kanyabayonga.

La multiplication de zones de combats rend la crise au Nord-Kivu de plus en plus complexe, avec des niveaux de souffrance élevés pour les populations civiles. Pour le CICR, il est essentiel que les parties aux conflits continuent de donner aux organisations humanitaires un accès rapide pour apporter de l’aide aux personnes dans le besoin.

Freddy Ruvunangiza 

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.