Accès Humanitaire

    Kalehe  est la seule victime de l’invalidation des candidats aux élections du 20 décembre 2023 pour ce qui est de la province du Sud-Kivu. Une sanction jugée de sélective par Adrien Zawadi, le Président du Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu.

    Soucieuse de la bonne gouvernance et du respect des valeurs démocratiques, la Société Civile du Sud-Kivu soutient d’abord la démarche de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

    «  C’est bien de sanctionner ceux qui ont été pris en flagrance, ceux qui ont tripatouillé les élections. C’est une très bonne chose parce que nous comme Société Civile, nous menons un combat contre l’impunité dans ce pays et on ne peut pas voler les élections qui sont la souveraineté du peuple. On ne peut pas voler les voix du peuple et estimer diriger ce peuple. Ce n’est pas possible. Ce sont des choses qu’il faut sanctionner sévèrement », dit d’emblée Adrien Zawadi.

    Pas de sanctions partiales, pas de diversion !

    Dans une interview à La Prunelle RDC, celui-ci pense que la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) devrait prendre en compte le rapport de la Société Civile qui cite d’autres territoires où la fraude électorale a été enregistrée et/ou renseignée.

    Lire aussi: Elections en RDC: la Société Civile du Sud-Kivu n’exclut pas des actions citoyennes si ses recommandations autour des irrégularités ne sont pas prises en compte

    « Cependant, il y a des questions qui demeurent. 82 candidats invalidés sur des milliers des candidatures, ce n’est pas possible parce que pour la Province du Sud-Kivu par exemple, on a l’impression que cette situation n’était qu’à Kalehe. Or, les rapports et les informations que nous avons recueillis ci et là faisaient état de pareils cas à Idjwi, Shubunda, Mwenga. Même si nous encourageons la CENI à punir, il faut que cela puisse être étendu sur toute l’étendue de la province du Sud-Kivu, de la République ».

    Bien plus, soutient Adrien Zawadi, la CENI doit s’expliquer sur comment des candidats se sont procurés les matériels de la CENI et pourquoi seulement l’invalidation au niveau législatifs et municipal  alors que le vote était unique. Aussi, le Président de la Société Civile demande la même démarche pour la Présidentielle pour être logique.

    La CENI doit nous dire aussi où ces gens ont-ils trouvé des machines à voter parce que c’est la CENI qui gère ses entrepôts. Comment les machines à voter sont allées vers des candidats. Qui leur a donné ces machines. La CENI doit aussi dénoncer ces gens et les sanctionner. Un principe de droit dit que la forme tient le fond et cela signifie que s’il y a eu vol pour les législatives, alors que nous avions un vote unique (Président, Députés et Conseillers municipaux), il n’y a pas moyens d’invalider les candidatures des députés et ne pas toucher la Présidentielle. La CENI est en train de tomber dans ses propres pièges. Nous encourageons que tout le monde soit puni sans exception et à tous les niveaux. Il ne faut pas qu’il y ait diversion, qu’on punisse ceux-ci et laisse d’autres».

    Le Président de la Société Civile du Sud-Kivu s’étonne de constater que ceux qui sont les plus touchés soient les candidats de la majorité au pouvoir, réunis au sein de l’ « Union Sacrée », soutenant le Président Tshisekedi.

    Les « tricheurs » sont les hommes du pouvoir

    En effet, la grande majorité des ceux invalidés est issue de l’Union Sacrée de la Nation et parfois des grandes figures de la politique congolaise.

    Lire aussi: Elections en RDC : les sérieuses critiques de la Société Civile du Sud-Kivu et l’appel à éviter une crise post-électorale et des sanctions aux fraudeurs !

    « Malheureusement, les plus sanctionnés sont des candidats de l’Union Sacrée. Cela signifie que c’est au sein de ce pouvoir qu’il faut chercher les tricheurs. Et quand vous suivez les audio qui circulent sur la toile, on voit que cette situation risque d’aller très loin ».

    Enfin, le Président de la Société Civile du Sud-Kivu encourage qu’on punisse, sanctionne tout ce monde impliqué dans le scandale de la fraude « même le Président de la CENI si à la fin on constate que par sa légèreté il a autorisé ou occasionné ces choses ».

    Signalons que la Société Civile du Sud-Kivu avait fait un rapport, quelques jours après le vote, dénonçant les irrégularités observées dont la fraude électorale et la détention illégale des Dispositifs Électroniques de Vote (DEV).

    Vinciane Ntabala
    Partager.

    Un commentaire

    1. Pingback: Interview : nouvelle forme pour voter les Gouverneurs…multipartisme « désordonné » (Adrien Zawadi évoque des réformes) - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.