Accès Humanitaire

    Néhémie Mwilanya, coordonnateur national du Front Commun pour le Congo (FCC), en vacances parlementaires au Sud-Kivu, dit compatir avec les habitants de cette province, suite aux différentes atrocités qu’ils connaissent.

    C’était au cours d’une conférence, tenue ce mercredi 11 février 2020 avec différentes couches de la population et différentes autorités à Bukavu.

    Parlant de ces atrocités, le député élu de Fizi a évoqué l’insécurité récurrente, sur toute l’étendue de la province. Pour lui, même si les Gouvernements central et provincial ont une part de responsabilité dans la persistance de cette insécurité, la responsabilité des notables de cette province est en grande partie mise en cause.

    « Je suis venu vous dire aussi mes condoléances pour toutes les atrocités que vous êtes entrain de connaître. Et la plus dure de toutes les atrocités citées ici c’est l’insécurité. L’état a des grandes responsabilités d’assumer la sécurité. Que ça soit le gouvernement central ou provincial, mais nous aussi nous avons notre responsabilité. Parce que nous devons nous demander qui sont ces gens qui insécurisent. Je suis convaincu que si nous regardons la plus part des causes de cette insécurité, nous nous retrouverons devant un miroir qui indique que cette insécurité est générée par nous (notables, Ndlr). Et donc nous pouvons en finir seuls. » a-t-il fait savoir.
    Des participants à la conférence du FCC dans la salle Kaningu. Ph. Laprunellerdc.info

    Le coordonnateur du FCC pense que ces notables devraient prendre leur temps, pour analyser la persistance de cette insécurité, et proposer des solutions. D’où son appel à l’implication de tous.

    « Je pense que nous avons des responsabilités entant qu’institutions et animateurs de celles-ci. Mais nous avons la grande responsabilité entant que notabilité. Parce que dans chaque village il doit y avoir des sages. Et ces sages ont un espace où ils se rencontrent pour analyser la situation et proposer des solutions aux problèmes. Au niveau des institutions et au niveau des notables, nous devons nous demander: Qu’avons nous fait par rapport à notre responsabilité? » s’interroge Mwilanya.

    Bertin Bulonza

    Share.

    Leave A Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.