Accès Humanitaire

Au moins deux miliciens raia Mutomboki ont été tués au cours des récents affrontements avec des éléments des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans le territoire de Shabunda au Sud-Kivu. Les affrontements ont eu lieu le lundi 27 novembre 2023 à Kakuru, village du groupement des Bamuguba Sud situé à deux jours de marche) pieds de Kigulube centre.

Selon des sources concordantes, les affrontements ont opposé des maï-maï raia Mutomboki des groupes « Kafuma », « Ndururu » et « Faux by Faux » aux Forces Armées de la RDC.

Bilan : deux raïa Mutomboki tués et blessés. Les autres miliciens ont pris fuite dans le village Kashei dans la chefferie de Nindja en territoire de Kabare, selon l’Association pour la Restauration de la Paix et la Justice (ARPJ).

Un bilan confirmé par des sources de la société civile mais pas les FARDC.

Lire aussi: Kalehe: un militaire FARDC tué par des présumés Raïa Mutomboki à Kalonge

Au-delà des miliciens tués, il faut signaler qu’un mouvement de la population estimée à plus de 421 ménages des villages Lwamba, Ikundwe, Tunonia, Kyaselelela et Kakuru a été observé.

La grande partie de ces déplacés proviennent des villagees Lutika, Ikeke, Lumpumpu et Kiluma. Ils vivent sans aucune assistance humanitaire.

Selon ARPJ, une autre partie de la population a pris fuite dans la brousse où elle est confrontée à une situation difficile.

« C’est par exemple l’interruption scolaires, famine, inaccessibilité aux soins de santé et aux produits de première nécessité », explique ARPJ.

Lire aussi: Shabunda : au moins 2 morts dans des affrontements entre FARDC et miliciens raia Mutomboki Donat à Mimanda

Il faut dire que ces affrontements avec les Raïa Mutomboki dans le territoire de Shabunda surviennent après un long d’accalmie dans cette région. Une situation qui inquiète plusieurs habitants confrontés à plusieurs autres défis à part l’insécurité.

La Société Civile locale, elle, suggère aux FARDC de camper dans ces villages pour sécuriser les populations délaissées. Elle demande également aux habitants de dénoncer auprès des services de défense et de sécurité, tout cas de circulation des malfrats.

Elle demande aussi aux personnes de bonne volonté et aux humanitaires d’assister « cette pauvre population en déplacement ».

Fidèle Ushindi
Partager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.