Accès Humanitaire

Une enquête preliminaire de la MONUSCO a permis de confirmer que les rebelles du M23 ont tué au moins 131 civils à Kishishe et Bambo, en territoire de Rutshuru, le 29 et le 30 novembre dernier.

Ces violences, ont selon la monusco été commises dans le cadre d’une campagne de meurtre, viols, d’enlevement, de pillage contre ces deux villages du territoire de Rutshuru en represaille des affrontements entre le M23 et les FDLR, maï maï.

De ces 131 personnes tuées, 102 sont des hommes, 17 des femmes et 12 des enfants. 

52 personnes et d’autres sources interrogées par l’équipe preliminaire de la MONUSCO, ont indiqué qu’à partir du soir du 29 novembre et toute la journée du 30, les rebelles du M23 ont attaqué les villages de Kishishe et Bambo, brisant les portes, tirant sur des civils, pillant des biens et brulant des maisons des habitants.

Les mêmes sources ont par ailleurs indiqué que les rebelles du M23 auraient eux-mêmes enterré les victimes, dans ce qui pourrait etre une tentative de destruction des preuve.

La zone etant jusque là occupée par des rebelles, la MONUSCO a indiqué qu’elle n’a pas été capable de s’y rendre au vu du risque élèvé des represailles des temoins et survivants à ces massacres.

La monusco qui condamne cette violence « inomable » contre les civils, appelle à un accés rapide et sans conditions aux lieux des faits et aux victimes pour une assistance humanitaire d’urgence.

Elle dit saluer la décision des autorités congolaises douvrir une procedure judiciaire à l’egard des auteurs de cet enieme massacre des civils à l’Est.

Contexte

Jean-Luc  M

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.