Accès Humanitaire

Les rebelles du M23 sont accusés d’avoir tué plus de 60 autres personnes, dont les corps ont été découverts ce mercredi 26 avril 2023, en chefferie de Bwito, dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

A en croire Isaac Kibira, fonctionnaire délégué adjoint du Gouverneur affecté dans la chefferie de Bwito, ces personnes ont été tuées entre le 20 et le 25 avril dernier par le M23 avec l’appui de l’armée rwandaise (RDF).

Il affirme que de nombreux civils ont été enlevés lorsqu’ils se rendaient au champ dans les entités de Kashali et Kazaroho, avant de se faire massacrer par ces terroristes du M23/RDF.

Celui-ci regrette que ces tueries des civils interviennent pendant que la force de l’EAC est présente dans cette partie du territoire de Rutshuru, pour se rassurer du retrait des rebelles du M23 des zones qu’ils occupent.

« Le 20 avril, lorsque le M23/RDF est arrivé là-bas, on a massacré plus de 60 habitants. Avant-hier, après le monitoring, un habitant a constaté plus de 60 corps qui étaient ligotés par la corde de la moustiquaire et d’autres par des sachets. Cette population a été massacrée par le M23 qui était venu de Mabenga. Il y a une grande production de maïs là-bas. Alors, c’est la population qui avait fui qui commençait à revenir progressivement, voulant chercher à manger », a-t-il indiqué.

Signalons que de nombreux autres habitants sont restés introuvables jusque ce jeudi. Le fonctionnaire délégué exige des enquêtes et appelle le gouvernement congolais, la force régionale de l’EAC et la Monusco, à tout mettre en œuvre pour protéger les civils contre le M23.

En janvier 2023, le M23 a commencé à se retirer de certaines zones, -dans le cadre du Processus de Nairobi de la Communauté de l’Afrique de l’Est et du Processus de Luanda de la Conférence internationale des Grands Lacs,- tout en continuant à se battre dans d’autres. Au cours du mois de mars dernier, le M23 semblait avoir interrompu son offensive et évacué plusieurs zones qu’il occupait, permettant la réouverture de routes clés et le retour progressif des personnes déplacées.

Malgré l’annonce par le M23, de son retrait de plusieurs localités (Mushaki, Kilolirwe, Kitchanga, Mweso, Kibirizi, Kishishe), des affrontements ont tout de même continué à entraver tout mouvement humanitaire, notamment sur les axes Sake-Kitshanga-Mweso-Pinga et Mweso-Mpati, tous les deux étant à la fois des zones de déplacement et de retour.

Museza Cikuru

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.