Accès Humanitaire

    Alors que le groupe des 13 personnalités politiques et sociales poursuivent les démarches avec différents regroupements et personnalités sur les reformes électorale à venir, les présidents des groupes parlementaires du Front commun pour le Congo s’oppose à tout dialogue.

    Pour ces députés FCC, le seul cadre pour discuter des questions électorales demeure l’assemblée nationale et dont la prochaine session commence le 15 septembre prochain.

    « Nous avons sollicité et obtenu l’audience auprès du premier ministre et lui en remercions. Nous lui avons une session très difficile. Nous sommes venus remettre officiellement notre déclaration contre l’organisation d’un prétendu dialogue. Un dialogue prôné par certains de nos collègues et quelques membres de la société civile. Ce dialogue est inopportun et en tant député pensons que la question liée aux reformes devra être discutée à l’assemblée nationale qui ouvre sa session d’ici le 15 septembre » disent-ils.

    Lire aussi: Après la Présidence et la CENI, le G13 personnalités politiques et sociales pour un consensus sur les réformes électorales ont été à la Primature

    De l’autre des initiateurs, ils signent et persistent, les reformes électorales sont une prévention contre les contestations futures.

    le député Claudel Lubaya, l’un du groupe des 13 estiment d’ailleurs qu’un dialogue pour distribuer des postes à ce jour, est n dialogue de trop.

     » #60ans après l’indépendance, un autre dialogue pour le partage du pouvoir serait de trop. Intégrer des individus à la mangeoire NE confère PAS la légitimité aux institutions et NE résous AUCUN problème du peuple. Les réformes électorales sont la prévention des contestations futur » dit-il.

    Jean-Luc M.

    Share.
    Leave A Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.