Accès Humanitaire

L’organisation Médecins Sans Frontières (MSF) alerte sur la dégradation de la situation humanitaire de déplacés ayant fui les affrontements dans les territoires de Masisi et Rutshuru, au Nord-Kivu, dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Dans un communiqué publié ce mardi 14 mars 2023, MSF précise que plus de 150.000 personnes déplacées ont besoin « urgemment » d’une assistance humanitaire et médicale dans le territoire de Lubero.

Fuyant les affrontements qui opposé les forces armées de la RDC aux rebelles du M23 dans le territoire de Rutshuru, ces populations civiles sont cantonnées principales dans les localités de Kayna, Kirumba et Kanyabayonga, dans la partie sud du territoire de Lubero.

S’appuyant sur les données récoltées par le comité de déplacés, Médecins Sans Frontières ajoute que dans les sites de déplacés, les civils vivent dans le dénuement le plus total où très peu d’organisations non gouvernementales sont présentes. Pour faire face à cette situation d’urgence, MSF appelle les acteurs humanitaires à se mobiliser pour stopper les dégâts.

« 87 000 personnes déplacées étaient déjà réfugiées dans la zone de santé de Kibirizi avant de fuir à nouveau. Durant ces six derniers mois, ces familles n’ont reçu aucune assistance médicale et humanitaire, ce qui a des conséquences sur leur état de santé : les cas de malnutrition augmentent chez les enfants et les adultes. Ces personnes manquent de biens de première nécessité et principalement de nourriture. La plupart des personnes déplacées sont hébergées au sein de la communauté qui elle-même subit les effets de la crise », a expliqué Caroline Seguin, coordinatrice des opérations d’urgence pour MSF au Nord-Kivu. 

Et de poursuivre : « La majorité des structures de santé sont vides : aucun médicament et très peu de patients puisque les soins sont payants et que les habitants n’ont pas les moyens de se soigner. Or, les besoins sanitaires sont immenses, à un moment où les cas de rougeole et de malnutrition augmentent ».

Par ailleurs, les équipes de Médecins Sans Frontières vont soutenir plusieurs structures de santé dans la zone de santé de Kayna, en fournissant notamment des médicaments et en permanent les populations déplacées et autochtones d’avoir accès à des consultations médicales gratuites.

« Depuis un an et la reprise des affrontements, les équipes de MSF interviennent pour répondre aux besoins sanitaires des populations déplacées et hôte que ce soit à Rutshuru, Mweso, Kanyaruchinya, Munigi, Bulengo et Sake » lit-on dans ce communiqué.

Les équipes MSF disent avoir constaté une lenteur difficilement explicable dans la réponse humanitaire marquée par un manque de coordination, et ce malgré des financements disponibles et la présence de très nombreuses organisations à Goma, la capitale provinciale. Pour MSF, il est plus que jamais urgent d’apporter de l’aide à la hauteur des besoins des populations impactées par ce conflit.

Magloire Tsongo depuis Goma

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.