Accès Humanitaire

    À Masisi au Nord-Kivu, le calme n’est toujours pas revenu dans la cité de Mweso en chefferie des Bashali après des bombardements qui ont coûté la vie à 19 civils et 27 autres blessés ce jeudi 25 janvier 2024

    Au troisième jour consécutif des affrontements ce vendredi 26 janvier, les combats ont repris la journée entre la coalition des groupes d’autodéfense Wazalendo-FARDC et les rebelles du M23-RDF-AFC.

    Lire aussi: Guerre du M23 : Les affrontements à Masisi ont occasionné le déplacement de plus de 42.000 personnes

    Au cours de cette même journée, des détonations d’armes lourdes et légères sont entendues dans la cité de Mweso et ses environs causant ainsi un nouveau déplacement massif des populations.

    Certains habitants ont pris refuge dans la cité de Kitchanga et d’autres dans la base de l’ONG « Médecins Sans Frontières (MSF). Cette dernière et d’autres organisations ont d’ailleurs réduit leurs effectifs dans la zone compte tenu de ces affrontements, indique la société civile locale

    Des vieux, des femmes enceintes ainsi que des enfants étaient visibles sur la route, fouillant les  affrontements.

    Certains convois humanitaires et des particuliers qui se rendaient dans la zone ont été aussi obligés de faire demi-tour sur la route Kitshanga-Goma.

    En réaction, le M23 via son Président Bertrand Bisimwa, accuse le Gouvernement congolais d’avoir usé de l’aviation militaire et de l’artillerie lourde pour bombarder des zones sous son contrôle.

    Lire aussi: Nord-Kivu: l’armée annonce avoir grièvement blessé le chef rebelle Maachano, lors des affrontements à Masisi

    « La reprise des bombardements aveugles et intenses sur cette cité traduit clairement la volonté résolue du régime de Kinshasa de continuer à causer la mort et la désolation parmi les populations innocentes qui pleurent encore les leurs atrocement tués hier par une attaque de drone. Les forces de l’Armée Révolutionnaire Congolaise s’activent pour mettre définitivement l’ennemi hors d’état de nuire », a-t-il fait savoir.

    Il faut noter que ce même jour, les corps des victimes ayant péri lors des bombardements de ce jeudi ont été inhumés par les membres de leurs familles respectives. Les familles ont été sécurisées par des « Wazalendo » présents dans la zone alors que les blessés étaient déjà admis dans différentes structures médicales de la place.

    Freddy Ruvunangiza, depuis Goma

    Partager.

    Un commentaire

    1. Pingback: Masisi : toutes les activités scolaires suspendues à Sake - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.