Accès Humanitaire

Après le naufrage qui a causé la mort de 3 personnes et une quarantaine de disparus à Nyabirehe sans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu; les réactions fusent de partout, appelant les autorités ayant le transport “maritime” dans leurs attributions, à plus de responsabilité.

Selon le Cadre de Concertation de la Société Civile de Kalehe, seulement 56 personnes ont été sauvées; alors qu’elles étaient plus d’une centaine à bord de cette embarcation en bois, pourtant censée ne transporter que des fretins.

«Plusieurs personnes disparues sur le lac Kivu , 56 rescapées et trois corps repêchés, bilan de la noyade de mardi 05 Janvier 2021 aux environs de 20 heures à Nyabirehe; village de Kabulu 2, Groupement de Mbinga-Nord dans la chefferie de Buhavu. Selon les personnes rescapées, cette Pirogue motorisée destinée uniquement au transport des fretins vers Kakondo/Katana; avait plus de 100 personnes à son bord, en provenance de Luhihi (Kabare) pour Kasunyu (Minova); avec les passagers de  Nyabirehe, Makengere, Mukwidja, Kiniezire, Karango, Ruhunde, Gahanga et Kasunyu. Plusieurs biens et d’importantes sommes d’argent des petits commerçants ont été perdus.» dit Delphin Birimbi, président de cette structure.

Lire aussi Naufrages sur le lac Kivu: pas au-delà de 30 personnes dans une pirogue ni d’embarcation de nuit (Théo Ngwabidje)

Selon lui, plusieurs causes sont à la base de ce naufrage, notamment la pluie accompagnée d’une forte vague; la navigation nocturne, mais aussi ce mauvais chargement.

«Nous demandons au Gouvernement central de construire les 4 ports promis par le chef de l’Etat; et disponibiliser les bateaux, et aux services de l’état de faire respecter la loi sur la navigation. Les armateurs doivent également distribuer les bouées de sauvetages aux passagers; pour prévenir ce genre d’incidents qui ne cessent d’endeuiller les habitants tous les jours.» dit-t-il.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, montagne, ciel, plein air, nature et eau
Au lieu du naufrage à Nyabirehe ce mercredi

De son coté, Hippocrate Marume, acteur de la Société Civile au Sud-Kivu, pense qu’après ce nouveau naufrage; les autorités provinciales, entre autre le Ministre provincial des Transports et le Commandant des Forces navales, doivent se remettre en cause.

«Après plusieurs alertes de la société dans sa mission de plaidoyer, les autorités devraient prendre des mesures pour sécuriser les passagers; les équipages y compris les marchandises sur le lac. Mais rien n’a été fait. Les voyageurs exploitant la ligne Bukavu-Idjwi, Kalehe, Goma… sont exposés et abandonnés à leur triste sort; alors que les partenaires ne cessent de doter le ministère des Transports et la Force navale d’une logistique importante pour sécuriser les passagers sur le lac. Ces matériels composés des pirogues motorisées et autres ne servent aujourd’hui à rançonner les voyageurs et commerçants sur le lac, plutôt que de faire le travail pour lequel ils ont été commandés.» dit-il.

Celui-ci pense qu’il est temps de mettre fin aux morts récurrents sur le lac Kivu. Il appelle à sanctionner tous les comportements illégaux dans ce type de navigation; notamment le surchargement, l’absence des contrôles techniques, la navigation nocturne, ou encore l’absence des gilets de sauvetage pour chaque passager.

Museza Cikuru

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.