Accès Humanitaire

L’ONG la Benevolencija a échangé ce mercredi 15 décembre 2021, avec les acteurs sociaux de grands lacs sur la migration des populations des grands lacs et leur intégration socio-économique.

C’est au cours d’une conférence organisée à l’hôtel Belvédère, en commune d’Ibanda; que ces acteurs sociaux ont échangé au tour de la thématique : «La migration des populations des pays des grands lacs, et leur intégration socio-économique, constitue-t-elle un facteur de consolidation de cohésion sociale et cohabitation pacifique ?»

Selon les organisateurs, l’objectif de cette activité était de créer un espace de dialogue communautaire transfrontalier libre et indépendant; qui facilite les populations des pays de la région des grands lacs; d’échanger librement sur les enjeux de la région pour trouver des solutions partagées.

Egalement, comprendre et explorer les avantages de la migration et l’intégration socioéconomique des populations de la sous région des grands lacs, et les défis qui en découlent.

« On a réfléchi sur la question migratoire. La question qu’on se pose est : la migration constitue-t-elle une opportunité en terme d’intégration socio-économique ? Nous l’avons posé pour essayer pour combattre tous ses stéréotypes qui circulent dans la région. Cette xénophobie, qui est la peur d’un étranger que vous pensez qu’il constitue une menace; alors que d’un autre côté, il peut constituer une opportunité. Les panélistes en provenance de la RDC, du Rwanda et du Burundi ont montré d’autres aspects historiques que nous devons repenser; pour que les gens repartent sur des bonnes bases et qu’il regarde l’avenir dans un même angle;» explique Bauduoin Kaba, chargé de terrain à Benevolencija.

Il lance un message aux couches sociales de pays des grands lacs de n’est pas se fixer des frontières; au niveau de leurs esprits qui créent la peur ou la haine vis-à-vis de l’étranger; et de considérer l’étranger comme humain. S’il respecte les normes du pays, « offrons-les, les mêmes opportunités ».

De son côté, l’un des orateurs du jour, le Professeur Bosco Muchukiwa, estime que ce genre d’activité est importante d’autant plus qu’elles contribuent à la recherche de l’émification. 

« Ce que nous avons fait, c’est réfléchir sur des facteurs ou encore des atouts sur lesquels nous pouvons travailler; pour renforcer d’avantage l’intégrations sur les plan politique, économique, culturel, social ; environnementale et sur le plan sociologique. Et nous avons également réfléchi sur quelques facteurs qui pourraient éventuellement constitué un danger. C’est notamment la question de la mémoire qui doit être vidée;»estime-t-il.

Pour lui, le vivre ensemble est possible mais demande tout un processus; car ils y travaillent et il y a déjà des efforts sur le plan économique, politique, et sociale.

Disons que cette activité a réuni des professeurs d’Université de 3 pays des grands lacs, des scientifiques, des autorités étatiques, les immigrés, les médias, les leaders d’opinions et des étudiants.

Abiud Olinde

Share.

Un commentaire

  1. Pingback: RDC: pas des migrants palestiniens sur le sol congolais - La Prunelle RDC

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.