Accès Humanitaire

Le Procureur Général près la Cour Constitutionnelle a, de nouveau, demandé au bureau Sénat l’autorisation de poursuivre en justice le Sénateur Matata Ponyo Mapon pour des « faits nouveaux » contenus dans le rapport de l’inspection Générale de Finances (IGF).

 Ce Mardi 20 juin 2023, en présence des membres du bureau de la chambre haute du Parlement, le Procureur Général près la Cour Constitutionnelle, Jean Paul Mukolo, a justifié cette nouvelle demande des poursuites par la prise de connaissance des « faits nouveaux » contenus dans un rapport des inspecteurs des finances membres de la Commission de contrôle sur la gestion du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo.

Lire aussi: RDC : « persécuté », Matata Ponyo porte plainte contre le PG près la Cour Constitutionnelle

Selon lui, le Sénateur Matata Ponyo doit être poursuivi pour des faits infractionnels de « faux et usage de faux et de détournements des deniers publics » contenus dans ce rapport des inspecteurs des finances.

Après les explications du Procureur Général près la Cour constitutionnelle au Sénat, le bureau du Sénat fait savoir qu’il ne peut pas accorder une nouvelle autorisation des poursuites, alors que Matata Ponyo n’a toujours pas recouvré ses immunités levées dans un autre dossier judiciaire en juillet 2021.

Dans une lettre adressée au Procureur Général de la Cour constitutionnelle ce 20 juin 2023, le Président du Sénat Bahati Lukwebo rappelle que le Sénateur Matata n’a jamais recouvré ses immunités.

Lire aussi: RDC: pour Bahati Lukwebo, le Sénat a donné à Matata Mponyo l’opportunité de se défendre devant la justice

« En effet, à la suite de la réunion de ce mardi 20 juin 2023 et après vous avoir entendu conformément à l’article 218 alinéa 6 du Règlement intérieur, le Bureau du Sénat estime que l’autorisation sollicitée est superfétatoire, car, en application de sa décision du 05 juillet 2021, vous avez déjà entamé les poursuites à l’encontre du Sénateur Augustin Matata Ponyo Mapon car ayant perdu ses immunités dès cette date ».

 Mapon réplique et récuse le bureau du sénat

Dans une lettre adressée au bureau de la chambre haute du Parlement, le Président du LGD et candidat Président aux élections prochaines récuse le Bahati Lukwebo son Président et l’ensemble du bureau.

Pour lui ces actes qu’il qualifie d’acharnement sont posés justement parce qu’il est le seul challenger qui fait peur au camp de l’Union Sacrée.

Lire aussi: RDC : Matata Ponyo interdit de quitter Kinshasa

« En effet, je viens d’apprendre qu’en date du 16 juin dernier, soit 24 heures après la clôture de la session parlementaire du mois de mars, le Procureur Général près la Cour constitutionnelle vous a saisi par un réquisitoire tendant à obtenir la levée de mes immunités parlementaires et l’autorisation d’initier des poursuites contre ma personne », écrit-il.

Selon lui, tout porte à croire que les actions qui sont initiées contre lui, ont pour seul objectif de l’éliminer de la course de l’élection présidentielle de décembre 2023.

 « Vous êtes motivé par le fait que vous êtes membre du Présidium de l’Union Sacrée de la Nation et que vous vous êtes déjà prononcé ouvertement en faveur du candidat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, dont je suis un Challenger sérieux qui fait peur à votre famille politique ».

Une pression judiciaire contre les opposants ?

Plusieurs acteurs sociaux pensent que ces guéguerres au sein de la classe politique ont démontré clairement que les élections et la démocratie chèrement acquises en RDC risquent d’être une utopie.

Nombreux opposants impliqués dans le processus électoral sont soit arrêtés ou poursuivis dans des dossiers qu’ils considèrent « louches » et sans fondement.

Lire aussi: RDC: Lukwebo livre Matata Ponyo à la justice

Fin mai, le bras doit de Moïse Katumbi Chapwe, Salomon Kalonda SK Della et plusieurs autres membres de l’opposition ont été arrêtés.

Des arrestations qui ressemblent à une vraie guerre entre l’opposition et l’Union Sacrée.

Notons que la semaine dernière ; un autre opposant de grande carrure s’est retiré du processus électoral.  Martin Fayulu, a accusé la Commission Nationale Indépendante CENI de planifier la fraude en faveur de Félix Tshisekedi.

Lire aussi: RDC: Bahati Lukwebo précise que le Sénat n’a pas encore rejeté la levée des immunités de Matata Ponyo

Depuis le début de ce processus, plusieurs acteurs de la Société Civile dont le Prix Nobel de la Paix 2018 avaient dénoncé les irrégularités dans ce processus et avaient exigé de la transparence pour des élections crédibles et apaisées. Cette nouvelle polémique entre l’opposant Matata et Bahati Lukwebo est un fait révélateur du climat politique actuel en RDC.

Claudine Kitumaini
Share.

Un commentaire

  1. Pingback: Le LGD Nord-Kivu fustige Lukwebo «jaloux des œuvres et des résultats de Matata» - La Prunelle RDC

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.