Accès Humanitaire

La Société Civile forces vives du territoire de Lubero au Nord-Kivu, a réagi aux multiples défis auxquels font face actuellement les usagers de la route nationale N°4 (Goma-Butembo). Elle évoque notamment des tracasseries routières, des kidnappings, ainsi que des embuscades qui sont actuellement récurrents sur ce tronçon routier.

Dans un communiqué publié vendredi 22 avril courant, la Société Civile déplore la perturbation du programme de voyage par convoi sécurisé par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo et les écogardes de l’ICCN.

Selon elle, le programme maintenu pour le voyage varie actuellement entre 8h30 et 9h00 ou encore 14h00 à 15h, contrairement au temps que les passagers prenaient pour atteindre leur destination.

Par ailleurs, la Société Civile évoque des tracasseries à plusieurs barrières de péage route, ainsi que multiples carrefours des éléments de la Police de circulation routière (PCR).

Cette citoyenne appelle le Gouverneur militaire du Nord-Kivu à passer « urgemment » à la suppression de toutes les barrières illégales érigées sur le tronçon Kanyabayonga-Butembo.

Au même moment, elle invite le Gouvernement congolais à prioriser la réhabilitation des infrastructures routières dans cette partie du Nord-Kivu.

Signalons que dans cette zone, un convoi de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) a été attaqué en début de semaine, par des présumés miliciens Maï-Maï, près de Lubero-centre.

Magloire Tsongo depuis Goma

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.