Accès Humanitaire

    Les pays qui partagent les frontières avec le Burundi ont annoncé des cas de coronavirus. C’est le cas de la RDC avec 51 cas, le Rwanda 50 et la Tanzanie avec 13 cas. Le Burundi semble jusque-là épargné.

    Le Burundi est-il vraiment l’un des pays sans coronavirus ?

    L’opposition comme la société civile mettent en doute la bonne foi du gouvernement. Ils doutent de l’efficacité des mesures prises par les autorités du pays. Le patron de l’Olucome, Gabriel Rufyiri cité par RFI, rappelle que les frontières du Burundi sont poreuses.  Il pointe que des simples tests de température sont utilisés aux frontières terrestres.

    Rufyiri affirme que la quarantaine concernant les passagers en provenance de pays à risque ne serait pas respectée.  « Avec l’influence et l’argent, il y a des gens qui entrent sans être mis en quarantaine. Et ça, c’est très dangereux »,peut-on lire sur le médias français. L’Olucome étant une ONG de lutte contre la corruption au Burundi.

    Comment comprendre qu’il n’y ait pas aucun signalé dans ce pays ?

    Le porte-parole de la présidence Burundaise, Jean-Claude Karerwa a une réponse : « la main de Dieu ». Cité par le journaliste Belge, Colette Braeckman, Karerwa fait savoir que le Burundi a signé un pacte spécial avec Dieu.

    « Le Burundi est une exception parmi d’autres nations, car c’est un pays qui a donné à Dieu la première place. Un Dieu qui le garde et le protège de tout malheur(…). Que vous le croyiez ou non, le Burundi est un pays qui a signé un pacte spécial avec Dieu », dit-il dans le carnet de la journaliste belge du 26 mars.

    Les élections une priorité pour les autorités burundaises

    Certaines personnes évoquent des motifs liés aux élections. En effet, les élections sont prévues au Burundi au mois de mai et selon les dires, le parti au pouvoir aimerait plutôt en finir vite et proclamer son candidat. Coronavirus ou non coronavirus. « Les élections prévues fin mai auront lieu quoi qu’il advienne », dit le porte-parole.

    Disons que le parti au pouvoir au Burundi le CNDD-FDD, a désigné le général Evariste Ndayishimiye comme son candidat. C’est lui qui porte les couleurs à la présidentielle du 20 mai et tenter de succéder à Pierre Nkurunzinza.

    Thomas Uzima

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.