Accès Humanitaire

    A Kinshasa, des manifestants ont protesté contre la passivité des pays occidentaux et des puissants du monde face aux violences armées qui font des dégâts à l’Est de la RDC. Des manifestants accusent les occidentaux, essentiellement, de ne pas agir face à leur allié le Rwanda.  Le gros de la protestation a été concentré à proximité des ambassades américaine, chinoise et portugaise à Kinshasa. Des ambassades qui se retrouvent non loin également du quartier général de la Monusco.

    Les Nations-Unies et l’ambassade de la Côte d’Ivoire en RDC dénoncent les attaques dont elles ont été victimes par certains Congolais qui ont manifesté ce samedi 10 février 2024 contre l’occupation d’une partie du territoire national par les rebelles du M23 à l’Est du pays.

    Lire aussi : Goma boude une manifestation prévue contre la force de l’EAC, ce mercredi

    Selon le communiqué de l’ambassade de la Côte d’ivoire, ces personnes s’attaquent aux véhicules des organisations internationales accréditées en RDC et ambassades sans distinction aucune.

    Même accusations du côté de la Monusco, la mission de l’ONU en RDC, qui condamne cette série d’attaques visant son personnel.

    « Madame Bintou Keita, condamne la série d’attaques visant le personnel des Nations Unies à Kinshasa ce samedi 10 février et demande aux autorités judiciaires congolaises de diligenter des enquêtes en vue de poursuivre les auteurs. Plusieurs véhicules des Nations Unies ont été incendiés et mis à sac », dit le communiqué de presse de la Monusco.

    Bintou Keita souligne que les menaces et les attaques contre le personnel des Nations-Unies et leurs familles sont inacceptables.

    « Ces assauts impactent négativement la mise en œuvre des mandats respectifs des agences, fonds et programmes du système des Nations Unies. Pour ce qui est de la MONUSCO, ces attaques entravent son appui aux Forces de défense et de sécurité congolaises », souligne-t-elle.

    L’ambassade de la Côte d’Ivoire a quant à elle pris des mesures et a demandé à tous les ressortissants de son pays d’être vigilants.

    Lire ausi : Nord-Kivu: Bintou Keita rappelle aux manifestants que « les menaces et violences contre la Monusco sont inacceptables et contre-productives »

    Elle leur demande d’observer un comportement responsable face aux provocations de leurs frères et voisins congolais.

    Le Gouvernement de la RDC a, lui, condamné ces actes de violences contre certaines chancelleries et le personnel de la MONUSCO. Il appelle la population au calme et a revendiqué la paix dans la non-violence.

    « Nous avons constaté que ce qui s’est passé aujourd’hui, quand bien même que nous comprenons certaines frustrations de nos compatriotes par rapport à ce qui se passe à l’Est du pays mais la manière dont les manifestants ont procédé, viole plusieurs dispositions du droit international » a dit le Ministre de l’Intérieur de la RDC.

    Le Ministre de l’intérieur rappelle que les installations des diplomates étrangers et personnels de la Monusco sont inviolables. 

    « Le gouvernement de la République ne peut pas accepter que nos concitoyens s’attaquent à ce corps qui est bien protégé par le droit international. Nous pensons que toute personne qui veut manifester est libre de le faire mais dans le respect des règlements et des lois de la République », dit-il. 

    Le ministre de l’intérieur Peter Kazadi a appelé la population de la capitale congolaise au calme car l’ennemi est à l’Est

     « Nous demandons donc à notre population de se calmer parce que le gouvernement de la République est conscient de ce qui se passe à l’Est du pays. Le front se trouve à l’Est, l’ennemi est à l’Est et nous devons consacrer notre énergie a attaqué cet ennemi, de combattre ensemble et nous sommes convaincus que nous allons le renvoyer d’où il est venu. Il ne sert donc à rien d’entretenir une tension dans la capitale de notre pays », dit Peter Kazadi le Ministre de l’Intérieur.

    En attendant, plusieurs villages de la province du Nord-Kivu sont sous l’occupation des rebelles du M23.

    Des milliers de déplacés internes vivent dans des conditions déplorables dans groupement de Buzi au Sud-Kivu.

    Jean-Luc M.

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.