Accès Humanitaire

Enseignante depuis une dizaine d’années, Sophie Valinande est l’une des femmes modèles dans ce secteur, au sein de la ville de Goma au Nord-Kivu.

Née dans la ville commerciale de Butembo au Nord-Kivu, Mme Valinande a débuté son parcours en 1982, à l’EP Changamuka où elle a obtenu son certificat d’étude primaire.

Malgré l’appartenance à une ville où presque tout le monde, notamment les jeunes filles, vivent du commerce, Sophie sort du lot et poursuit son parcours scolaire en pédagogie générale au Lycée Tuadibishe de Mulo, dans le territoire de Lubero, où elle obtient son diplôme d’Etat en 1997.

Quelques années plus tard, Sophie Valinande décide de quitter sa ville, en 2004. Elle dépasse la chaleur rayonnante du Parc national des Virunga, pour atteindre la ville touristique de Goma, en vue de poursuivre son cursus universitaire.

Très engagée et inarrêtable, la jeune dame se distingue alors à l’Université Libre des Pays des Grands-Lacs (ULPGL) où elle a obtenu son diplôme de Licence en Psychologie et Sciences de l’Education en 2009. 

Enseignante, syndicaliste

Dans la ville volcanique de Goma, cette dernière s’est imposée par sa rigueur et son travail. Alors que dans la société congolaise, beaucoup ne savent pas définir le bien et la valeur humaine, Sophie a prouvé à la face du monde que tous les problèmes peuvent être traités soit d’une façon ostensive, soit de façon implicite par la désignation des vertus humaines ou encore de façon explicite par l’élaboration savante de ce que Nietzsche appelait une table des valeurs. 

Ainsi, Sophie Valinandi ferait donc partie des meilleurs, faisant partie de rares personnes de valeurs dans la société congolais, où peu sont ceux qui répondent aux valeurs culturelles ou morales dans la société.

Si plusieurs jeunes et vieux sont attachés aux partis politiques, il y a également ceux qui se distinguent dans leur vie quotidienne. C’est le cas de Sophie Valinande Vangu. Très peu connue sur les plates formes digitales ou encore dans la sphère médiatique, cette femme dispose un parcours purement exceptionnel et répondant aux valeurs morales et chrétiennes . 

C’est ce que nous confirme Monsieur Jean Claude Kabuya, élève de « madame la maîtresse » Valinandi en 2eme et 3ème primaire. Il parle d’un repère et un modèle qui le poussait et l’encourageait à donner le meilleur de lui-même pour réussir ses études.

«J’ai connu Sophie Valinande à l’école primaire Kesheni dans 2 promotions, la 2eme et 3éme primaire,comme enseignante. Je me souviens qu’elle a été une source d’inspiration et de motivation pour moi, elle m’avait toujours encouragé à donner le meilleur de moi-même. Grâce à elle, j’avais développé le goût pour l’apprentissage que j’ai mûri tout au long de mon parcours de Goma, Kinshasa jusqu’à en France. Ses conseils et ses soutiens m’ont aidé à surmonter les difficultés que j’ai pu rencontrer au cours de ma scolarité, elle à été un modèle pour moi et pour mes camarades de classe,» écrit à La Prunelle RDC, Jean Claude Kabuya depuis la France.

Vingtenaire, cet étudiant à l’école EA Rennes est reconnaissant de ce que cette brave dame a fait pour lui. « Elle fait partie des rares personnes qui ont laissé une empreinte indélébile dans ma vie,» déclare-t-il.

Des propos qui pourraient passer inaperçus si les collègues de service de Mme Sophie tarissaient d’éloges à son égard. Pour nombreux d’entre eux, cette dernière est une brave dame qui sait bien faire son travail de syndicaliste. Une représentante valable.

 «Sophie Valinande est l’une des braves femmes que nous connaissons dans la Province du Nord-Kivu, et qui représente valablement les syndicats ou qui représente valablement les enseignants des écoles primaires publiques dans cette partie du pays. Notre camarade Sophie est vraiment compétente, lorsqu’elle affronte n’importe quelle autorité elle a la facilité de s’exprimer,» martèle Regean Tumbi, président national du Syndicat des enseignants des écoles primaires publiques en RDC.

Même chose pour Sylvain Kikyo, collègue enseignant de Sophie, qui parle d’une femme au bon cœur, et qui n’a jamais hésité d’intervenir en cas de nécessité.

«Dans le domaine de l’enseignement, c’est une enseignante qui se donne trop pour la formation de l’élite congolaise. Elle est vraiment assidue au travail, dans le domaine syndical elle se sacrifie beaucoup pour la cause des plusieurs est surtout pour la cause des opprimés. En plus de cela elle est serviable et sociale,» a indiqué Sylvain Kikyo. 

Femme de valeur

Sophie Valinande est considérée par beaucoup comme l’une des figures emblématiques congolaises, qui ne pense qu’à un avenir meilleur du pays. 

Fille de Prosper Virimuswagha, cette femme n’est pas seulement tombée dans le charme des ménages mais également de l’éducation. Très dominée par l’esprit critique et social, Valinande a commencé sa carrière d’enseignante à l’école primaire Saint Augustin anciennement appelé Kesheni, dans la ville de Goma où elle devenue enseignante juste après l’obtention de son diplôme d’État. 

Soucieuse d’apporter un plus dans sa société et particulièrement à son entourage, celle-ci poursuit son combat dans l’autonomisation financière des jeunes. Son idée est de créer des emplois en faveur des jeunes du Nord- Kivu. 

Avec son savoir-faire, ses capacités, Mme Sophie s’est vue sur le fauteuil de Porte-parole du syndicat des enseignants des écoles primaires du Nord-Kivu en 2021. Malgré sa licence en Psychologie, elle affirme qu’elle apprend toujours aux côtés de ses collègues enseignants. 

« Nous avons été nommée Porte-parole du syndicat des enseignants des écoles primaires du Nord-Kivu en 2021, chose qui n’était pas facile, car c’était ma première expérience mais vu ma simplicité, nous nous sommes retrouvés avec des aînés qui, par la suite nous ont aidé et Dieu a fait le miracle pour que nous apprenions davantage” déclare-t-elle. 

Sophie veut aider ses collègues enseignants à sortir dans la misère. En RDC, être enseignant au primaire ou au secondaire n’est pas du tout un luxe. Celle-ci se bat pour renverser la tendance, dénonçant un « maigre » salaire que les enseignants reçoivent de la part du Gouvernement congolais.

Responsable du groupe sacerdotal marial des enfants et adultes dans le diocèse de Goma, Sophie Valinande dit avoir grandi avec beaucoup de difficultés. Cette souffrance lui a permis de travailler, en combinant les travaux ménagers, sans pour autant arrêter de redonner sourire à ses proches. 

« Mon souhait aujourd’hui, c’est d’aller plus loin avec comme objectif de lutter pour que les enseignants aient des petits projets d’entrepreneuriat, pour leur autonomisation, » insiste-t-elle.

Sophie Valinande est mariée à Joël Vwanikire. Elle est mère de cinq garçons.

Bienfait Tumsifu, depuis Goma

Partager.

4 commentaires

  1. KAMBALE BINDU CALEB on

    Vraiment » merci pour cette histoire de ma maitresse à l’école primaire kesheni, madame ma enseigné aussi en 5ieme primaire. À cette époque avec le directeur kahindo kimberhe aloys. Je m’en souviens très bien. Bravo encore maman Sophie . Nous sommes le fruits de ton travail bienfaits. Je suis actuellement en ituri en République Démocratique du Congo au service de l’environnement et développement durable. Caleb KAMBALE BINDU, 0977224164

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.